Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Culture

/ Danièle Secrétant

Ce que ça fait de tuer, (Éditions La manufacture de livres) de Serena Gentilhomme, relate un fait divers qui s'est déroulé à Rome en 2016. Après Circeo, Serena Gentilhomme continue d'explorer certaines facettes très noires de la ville de Rome, et de notre humanité. Dans l'entretien qu'elle a accordé à Factuel.info, la romancière née à Florence et vivant à Besançon, raconte son itinéraire littéraire, fortement imprégné par la lecture de Dante Alighieri, de sa Divine Comédie, surtout.

Vox Belarus, chœur slave

rencontre

Jeudi 25 juillet 2019
Les hommes en chasubles noires interprètent des chants de la liturgie orthodoxe.

/ Danièle Secrétant

Vox Belarus, un chœur d'hommes venus de Minsk, a allumé le feu dans la petite église de Pirey. Entre chants liturgiques orthodoxes et chants populaires slaves, une très belle soirée. À une technique vocale parfaite, travaillée depuis de longues années, Vox Belarus ajoute ce supplément d’âme qui fait que, croyants ou incroyants, on ne peut que s’incliner devant tant de beauté. Celles des chants religieux orthodoxes, celle des voix des quatre ténors, des deux barytons, des deux basses, celle de la voix de Vox Belarus.

Accès libre

/ Sonia Pignet

Mardi au Sénacle, les Kesaj Tchavé se sont arrêtés le temps d’une représentation pour le public bisontin, invités par Radio Sud et l’association Espoir et fraternité tziganes de Franche-Comté. Sur scène, 27 jeunes Roms slovaques ont chanté et dansé avec une indéniable énergie, menés par le non moins énergique joueur de balalaïka Ivan Akimov. Voilà 20 ans que ce dernier consacre sa vie à ces jeunes tsiganes, pour qui il a notamment créé un lycée dans sa région des Tatras en Slovaquie.

La guerre est une ruse

chronique

Samedi 13 juillet 2019

/ Danièle Secrétant

Premier roman d'une trilogie qui évoque le terrorisme islamique, La guerre est une ruse, de Frédéric Paulin, plonge dans les années noires que l'Algérie a connues dans les années 90. Tedj Benlazar, agent de la DGSE, s'emploie à montrer les connivences contre nature entre le DRS algérien et le GIA. Il pressent que le conflit s'exportera en France… Récit entre fiction et réalité, glaçant.

Accès libre

/ Toufik-de-Planoise

Ils étaient environ 150 « Gilets jaunes » ce vendredi soir dans les rues d'Ornans pour à célébrer l’enfant du pays, et artiste engagé, Gustave Courbet. Une façon de surpasser l’hommage « officiel et républicain » de la visite d'Emmanuel Macron par une démonstration « populaire et communarde. » Défilé revendicatif, théâtre de rue, cinéma en plein air et recueillement solennel ont été autant de moments forts.

Accès libre
Adélie, dix ans, est restée bouche-bée devant ce tableau de Vladimir Anishchenko.

/ Danièle Secrétant

Lors de l'exposition de ses tableaux à la Galerie de l'Ancienne Poste, à Besançon, le peintre paysager biélorusse Vladimir Anishchenko, a surpris le regard émerveillé d'une petite fille devant le tableau d'un champ de marguerites. Il a décidé de lui en peindre un, pour elle seule. Il le lui a offert. Vladimir Anishchenko exopse jusqu'au 31 août dans l'atelier de Gustave à Ornans.

Accès libre

/ Patrick Tardit

Sur fond de fait-divers, le cinéaste argentin Benjamin Naishtat évoque en fait la période qui a précédé la dictature dans son pays. C’est avec une scène presque banale que commence « Rojo » (sortie le 3 juillet), troisième film du cinéaste argentin Benjamin Naishtat, sélectionné au Festival du Film policier de Beaune. Une altercation dans un restaurant bondé. Sauf qu’on est en Argentine, en 1975, et qu’alors rien n’est banal. 

Accès libre

Pages