Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

conférence de presse

/ La rédaction

Candidat déclaré aux municipales de Besançon, Eric Alauzet entame avec ses équipes une consultation des Bisontins sur le terrain via un formulaire sur smartphone. Impossible d’en connaître les questions, basées sur 6 priorités très larges dégagées par 18 groupes de travail. Il n’imagine pas ne pas disposer de l’investiture LREM et propose « a minima » de revisiter le projet des Vaîtes.

/ Daniel Bordür

L'adjoint à l'urbanisme de Besançon proclame représenter « une alternative à la droite macroniste et à la droite républicaine ». Visant d'abord la place de « premier des socialistes » qui sera soumise au vote des adhérents le 28 mars, il entend ensuite conduire une liste d'union de la gauche. Et si elle ne se fait pas, il souhaite que le PS y aille tout seul...

/ Daniel Bordür

Le député LREM s'est déclaré formellement candidat à la mairie et à la présidence de l'agglo. Situant l'annonce de sa décision dans le contexte de la « crise majeure » des Gilets jaunes, il prend la posture de celui qui « prend ses responsabilités » au cœur de « la tempête ». Le moment est mal choisi selon l'adjoint Yves-Michel Dahoui qui y voit « inconscience et cynisme ».

Accès libre

/ Daniel Bordür

Cinq candidats de Franche-Comté, Bourgogne et Alsace ont notamment fait le lien entre les deux prochains scrutins en articulant leur critique du fonctionnement de l'Union avec les compétences des municipalités de plus en plus impactées par les règles adoptées à Bruxelles ou Strasbourg. Il a aussi été question des défections au sein du mouvement et ses relations avec la presse...

/ La rédaction

Grand Besançon Habitat a donné congé à trois locataires de cet immeuble dont il a décidé la démolition et où vivent encore 19 familles pauvres. L'organisme invoque le refus de plusieurs propositions que la Confédération nationale du logement considère non conformes au document entériné en juin par la CAGB. Ce n'est pas l'avis du président de GBH, Pascal Curie.

/ Daniel Bordür

Avec l'arrestation en Grèce du mari, principal suspect, le risque de fuite semble écarté. Mais ce succès est amer car sept plaintes et une ordonnance d'un juge aux affaires familiales n'ont débouché sur aucune mesure de protection adéquate d'une femme qui se savait menacée et le disait. Le procureur peine à convaincre en arguant d'une impossibilité de prévoir un geste que beaucoup redoutaient.

Pages