Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Collectivités

/ Roland Vasic

Les autorités plaident pour des débats dépassionnés alors que l'urgence est admise. L’association SOS Loue et rivières comtoises insiste et fait le bilan après l’alerte lancée en 2010. Agriculture, sylviculture et assainissement sont en première ligne.

/ Roland Vasic

« La ville veut garder son eau » assure Jean Luc Nather adjoint à l'environnement et aux marchés publics. Factuel.info a participé à la visite exceptionnelle de l’usine des eaux de Quincey, entrée en matière d’une « journée d’échange sur la protection durable des captages d’eau potable » initiée par la Maison de l’environnement de Franche-Comté.

/ Daniel Bordür

Le réseau Ginko présentait un déficit d'exploitation de 1,3 million d'euros en 2001, année où les billets et abonnements ont augmenté de 5,3% et les voyages de 2,69%. Et la vitesse commerciale plafonne à 16,5 km/h. C'est ce qu'on lit dans le rapport annuel transmis pas Transdev, l'exploitant, à la Communauté d'agglomération du Grand Besançon.

/ Daniel Bordür

Ils sont 19 paysans dont 11 jeunes agriculteurs travaillant dans 8 exploitations laitières du pays de Montbéliard. Aujourd'hui, ils produisent 2,8 millions de litres que six d'entre eux livrent à l'Ermitage, à Clerval, et deux chez Perrin, à Cléron.

Les pionniers du compost

reportage

Dimanche 20 novembre 2011

/ Daniel Bordür

La copropriété du 11, rue du Muguet a adopté le compostage en février 2011. Les 200 habitants des 93 logements ne s'y sont pas tous mis, mais le pli est pris très régulièrement par 20 ou 25, ponctuellement par quelques autres.

/ Daniel Bordür

Le budget déchets du Grand Besançon est monté à 23 millions d'euros en 2011. Les investissements devraient être contenus autour d'un million par an, le fonctionnement progressivement passer de 19 millions en 2012 à 20 millions en 2015.

/ Daniel Bordür

Une centaine de remarques écrites, une quarantaine de lettres, plus de 300 visites, de nombreuses remarques orales relevées par les commissaires enquêteurs... Plusieurs personnes avaient demandé la prolongation de l'enquête, invoquant les vacances ou la complexité du dossier : 1 500 pages, 30 heures de lecture pour le président de la commission.

Pages