Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

chronique

/ Danièle Secrétant

Il nous reste peut-être une dizaine d'années pour agir de façon drastique, si nous voulons sauver la planète qui nous porte, si nous voulons sauver l'Humanité. Dominique Bourg, philosophe, fait un retour sur les raisons historiques, sociales, politiques, économiques... qui nous conduisent à notre perte, à notre autodestruction. Il ne fait pas que constater. 35 propositions d'action élaborées avec 6 autres chercheurs nous sont faites. Dont beaucoup sont radicales, en réponse à la radicalité de la catastrophe annoncée.

De la satire à la poésie

chronique

Mercredi 30 septembre 2020

/ Danièle Secrétant

Un enlèvement. Un enlèvement ? Il n'y en a pas dans ce roman, une satire d'une famille bourgeoise parisienne en vacances à Royan. Une vie un peu ennuyeuse, organisée autour de la compétition (sportive, du savoir...), Une famille branchée sur les fringues branchées et connectée à tout ce qui permet d'être connectés... à quoi, au juste ? Une famille qui connait tout des séries, qui lit La fille du train... Le seul personnage sympathique, intrigant, c'est le plus jeune des deux enfants, Louis. Il creuse des trous de plus en plus profonds dans le sable de la plage. Il prépare son évasion de cette famille parisienne bourgeoise, branchée, connectée. Pourquoi ce titre, Un enlèvement ?

Accès libre

/ Invité.e.s

Infirmière volontaire pour être renfort face à la pandémie au CHU de Besançon, Aline n'avait jamais travaillé en réanimation. Alors que les admissions diminuent régulièrement, elle a terminé sa mission. Sa septième chronique évoque une dimension fondamentale et rarement mis en avant du métier de soignant.e : les liens avec les malades et leurs proches. « Nous sommes des passeurs de messages et d’émotions », écrit-elle...

/ Danièle Secrétant

Myriam Madjidi raconte comment ses parents, communistes dans l'Iran de Kohmeiny, la contraignent à donner ses jouets aux enfants du quartier, avant de quitter leur pays. Une décision qui, principes communistes ou pas, meurtrit la petite fille. Une première déchirure qui laisse des traces indélébiles. C'est ensuite l'exil en France, la douleur de quitter sa grand-mère, ses amies… L'effacement de sa langue au profit d'une autre langue. C'est la prise de conscience de la torture. MARX et la POUPÉE est un récit en forme de puzzle, dont certaines pièces sont poétiques, d'autres brutales… 

/ Invité.e.s

Infirmière volontaire pour être renfort face à la pandémie au CHU de Besançon, Aline n'avait jamais travaillé en réanimation. Sa sixième chronique aborde avec sensibilité et pudeur l'importance des dernières volontés, des directives anticipées, des derniers instants avec les proches.

/ Danièle Secrétant

Tout d’abord, permettez-moi de vous souhaiter un joli premier mai. Cette année, plus encore que d’habitude, ce premier mai est le jour des premiers de corvée. Pas la fête du travail, non, la fête des travailleurs, ces fameux travailleurs mal payés et pourtant essentiels au fonctionnement, et même à la survie de notre société.

Accès libre

/ Invité.e.s

Infirmière volontaire pour être renfort face à la pandémie au CHU de Besançon, Aline n'avait jamais travaillé en réanimation. Dans cette cinquième chronique, elle parle de la technique et des patients avec humanité et simplicité, nous faisant pénétrer dans un univers dont on entend souvent parler sans arriver à toujours s'en faire une juste présentation…

Pages