Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

En ville et en forêt, un sombre bilan pour nos arbres

point-de-vue

Mardi 29 octobre 2019 / jean-marie vieille

Les arbres meurent dans notre région, par dizaines, par centaines et par milliers... Quelles que soient les espèces, les dépérissements constatés aujourd’hui sont, en partie, la résultante des canicules et sécheresses qui ont sévi en 2015, 2017 et 2018. Le constat actuel n’a que peu de lien avec celle de 2019, qui se paiera cash en 2020 - 2021... voir 2025 ou plus tard, selon les essences. Compte-rendu pessimiste d’un élagueur.

Mots-clés: forêt
Dépérissement de pins pour cause de détresse hydrique. Photo : Acer arboristes conseils

Nous n’avons encore pas pris la mesure de la catastrophe climatique. Si certains pensent qu’il est encore possible de changer la donne, je pense personnellement qu’il est déjà fort tard... Nous ne pourrons que limiter à la marge, même en prenant des mesures drastiques, la catastrophe climatique qui s’annonce.

Les « petits « aléas climatiques successifs affaiblissent les arbres qui deviennent plus sensibles aux différentes maladies et parasites. Ces maladies affectent à leur tour la vigueur des arbres qui deviennent, en retour, plus sensibles aux aléas climatiques... La boucle est bouclée. C’est la spirale du dépérissement, à laquelle les arbres, du fait d’un développement lent, ne savent pas répondre.

S’ensuit une courbe exponentielle de dépérissement dont aucun ordinateur, aucun algorithme ne peut mesurer l’ampleur tant on est devant l’inconnu et tant la multitude des facteurs est grande.

Petit tour d’horizon, grand frisson

L’épicéa a été planté massivement dans le Doubs en dessous de 500 mètres, alors que son biotope idéal — milieu naturel — se situe au-dessus de 800 m. Il n’est pas surprenant qu’il dépérisse aux premiers aléas climatiques ! S’ajoute à ce facteur, la présence de cette sale bestiole appelée scolyte qui se disperse et se multiplie, lors des épisodes secs et chauds, en l’absence de pluie, le scolyte vole d’épicéa en épicéa, y dépose sa progéniture qui détruit les arbres.

À ces deux facteurs du dépérissement de l’épicéa, s’ajoute l’action des marchands de bois. Ces derniers profitent du prétexte de la maladie des bois pour fixer des prix bas, provoquant la peur du propriétaire. Lorsqu’il constate une attaque dans ses bois, il se dépêche d’abattre les bois sains de peur que la totalité du peuplement soit atteint et que leur valorisation se fasse à la baisse ! Ce dernier facteur de la disparition des arbres vaut pour presque toutes les essences, même si les causes initiales en sont différentes.

Les frênes dépérissent à cause d’un champignon appelé Chalara Fraxinéa. Là aussi les ravages sont massifs. Là aussi l’abattage représente la réponse irraisonnée. On abat massivement sans attendre de voir quels sujets sont résistants à cette maladie. Tout en participant à la saturation du marché du bois, on se prive ainsi de toute possibilité de sélectionner les sujets résistants puisqu’abattus prématurément. Il semblerait que la ville de Besançon mette en place un protocole de recherche en ce sens.

Les hêtres, très sensibles au manque d’eau, dépérissent massivement dans le Jura, et partout dans le nord de l’Europe.

Maladie de la suie

Les érables sycomores sont frappés par la maladie dite « de la suie », on en trouve plusieurs foyers à Besançon et partout en France.

Cette maladie est provoquée par un champignon provoquant le dépérissement très rapide de l’arbre. Maladie dite « de la suie » parce qu’une des caractéristiques des symptômes est l’apparition d’une fine couche noire : ce sont les spores du champignon.

La spécificité de cette maladie est que les spores, qui forment une couche fine et noire sous écorce, sont dangereux pour l’homme. Très volatiles, ils peuvent causer des dégâts pulmonaires irréversibles et sont la plupart du temps accessibles à hauteur d’enfant ou d’homme. Prudence donc dans les parcs car par temps sec, les enfants trouvent très drôle ces nuages noirs qui s’échappent quand on frappe l’arbre, à la main ou avec un bâton. Prudence aussi pour les intervenants lors des opérations d’abattages qui doivent à minima porter un masque avec filtre.

Cette maladie jusqu’ici assez rare semble proliférer sur toute la France, les fortes chaleurs semblant favoriser son développement

Les platanes sont touchés par la maladie du chancre coloré. Cette dernière a été importée en 1945 par les Américains lors du débarquement à Marseille dans des caisses contaminées emballant l’armement et les munitions. C’est un champignon de la même famille que celui qui a provoqué la quasi-disparition de l’orme en France et qui a entrainé l’abattage de centaines de milliers de platanes dans le sud. Les foyers d’infection ont atteint Bourg-en-Bresse, Genève et Paris ces dernières années.

Le platane se montre également sensible à un autre champignon : l’anthracnose, lequel provoque le dépérissement des jeunes feuilles.

Si cette maladie est endémique et peu impactant en termes de santé, l’attaque d’anthracnose a été très sévère cette année. Fin juin on pouvait considérer que la densité du feuillage des platanes en port libre à Besançon était inférieure de 30 % à la normale. C’est autant de réserve que l’arbre ne fait pas et qui l’affaiblisse.

Les buis doublement agressés en Franche-Comté

Les buis, doublement agressés : ravagés dans toute la France par la pyrale du buis, une chenille très présente en Franche-Comté, ils sont aussi détruits par un champignon : Cylindrocladium buxicola.

Il n’y a pas beaucoup de châtaigniers présents dans la région. On en trouve néanmoins en forêt de Chailluz. Ils sont atteints de la maladie de l’encre, qui provoque leur dépérissement, même si notre région est actuellement épargnée.

Un champignon appelé Sphaerosis Sapinaé est présent sur tous les pins noirs de France... Il est endémique et vit sans provoquer de dégâts tant que l’arbre n’est pas stressé. Ce champignon provoque le dessèchement des aiguilles. À compter du moment où l’arbre subit un stress, le champignon prend alors de l’ampleur et provoque la mort de l’arbre en quelques mois ou quelques semaines... Plusieurs centaines de pins noirs ont déjà été abattus ces dernières années à Besançon, pour cette raison.

On peut s’attendre très raisonnablement à un dépérissement massif des pins noirs avant Noël. En observant la couronne des arbres en fin de journée vous pourrez remarquer que la couleur du feuillage, naturellement vert sombre, présente pour beaucoup une couleur vert marron.... c’est un très mauvais signe.

Je pensais qu’étant donné que l’on rencontre beaucoup de pins sylvestres dans le sud, ceux de nos régions étaient à même de bien résister aux fortes chaleurs et au manque d’eau... Force est de constater que les pins sylvestres en Franche-Comté meurent en nombre...

On observe, tout au moins en milieu urbain, pas de dépérissement massif des chênes. C’est sans doute la seule bonne nouvelle de cet article. Il est cependant important de comprendre que toutes les essences ne sont pas égales devant les stress de chaleurs et de sécheresse. Les chênes sont une essence dite de « lumière », c’est-à-dire que ces arbres ont besoin de beaucoup d’ensoleillement pour un bon développement. Ceci explique peut-être la bonne résistance des chênes actuellement.

Les diverses essences d’arbres n’ont pas toutes le même temps de réponse aux stress et que pour le chêne la réaction aux très forts stress de ces dernières années s’exprimera peut être plus tard… Il n’y a actuellement pas de constat de dépérissement pour les chênes en Franche-Comté, ce qui ne signifie pas qu’au bout du compte tout ira très bien pour eux…

Nous assistons, sans le savoir, à une accélération de la désertification

Avec la disparition des arbres, c’est tout le biotope qui se trouve alors modifié, à commencer par les sols forestiers. Le dépérissement des arbres a pour première conséquence la baisse d’apport de matière organique par la dégradation des feuilles. Cette matière organique est essentielle à la structuration du sol et à la rétention de l’eau. Sans matière organique, pas ou peu d’eau n’est retenue par le sol...

Ce phénomène alimente la spirale de dépérissement généralisé des arbres et provoque une érosion des sols. À terme, la disparition des forêts sans possibilité de reconstitution des massifs forestiers. Nous assistons, sans le savoir, à une accélération de la désertification.

Hélas le constat dressé ci-dessus n’est pas exhaustif et il est difficile de situer le point de non-retour. Je pense personnellement que nous y sommes. Au-delà d’une certaine dégradation d’un biotope il n’y a pas de retour en arrière et la « nature » ne peut plus compenser, réparer les dégâts subits ; le système est condamné définitivement).

Chaque arbre doit être défendu

Il est donc temps de prendre la mesure de la catastrophe qui s’annonce et d’exiger des mesures qui s’imposent. En zone urbaine chaque arbre doit être défendu. Il est nécessaire de refuser tout abattage d’arbres qui ne soit pas dépérissant ou qui ne présente pas de symptômes de défaut interne du bois.

L’argumentation de compenser l’abattage d’arbres en ville par de nouvelles plantations étant, comme l’exprime si bien Franci Hallé, botaniste et biologiste (1), une triple arnaque :

« [les arbres] sont essentiels. On ne pourrait pas vivre dans une ville entièrement minérale. Mais pour nos élus, les arbres sont du mobilier urbain, pas des êtres vivants. Dès qu’ils gênent un peu, on les coupe. Comme les citadins y sont attachés, quand on abat un vieil arbre, on le remplace par trois plus petits. C’est une triple arnaque. Patrimoniale, car rien ne remplace un vieil arbre sur le plan paysager. Financière, car ces jeunes arbres coûtent cher à l’achat, à la plantation et à l’entretien. Et écologique, car la captation des polluants n’est plus la même. C’est une question de surface. Un grand platane couvre 500 hectares si l’on additionne son écorce, ses feuilles et ses racines. Il faudra plusieurs dizaines d’années pour que la surface cumulée des petits arbres remplace celle de l’ancien. Or beaucoup n’atteindront jamais l’âge adulte, car ils n’ont pas la place de se développer. Les beaux arbres qu’on coupe aujourd’hui ont été plantés il y a un siècle dans de bonnes conditions. Cela n’est plus possible à cause de la densité des réseaux souterrains urbains. »

En forêt, il est urgent de ne plus considérer les forêts comme une ressource et de continuer leur exploitation massive, comme à Chailluz ou en Forêt de Chaux. Les coupes à blanc, c’est à dire les coupes rases, ou tous les arbres sont abattus sur une parcelle, ne sont plus admissibles du simple fait que nous ne savons pas quoi replanter et surtout que, techniquement, nous ne pouvons plus replanter en forêt comme nous le faisions. Un coup de pioche, mise en place du plant, un coup de pied pour tasser. Cette technique est très « rustre » et ne permet pas aux jeunes plants de résister aux aléas climatiques les deux années suivant la plantation, au premier coup de chaud et au premier manque d’eau, le plant meurt, et il est très difficilement envisageable d’arroser en forêt.

Ainsi la quasi-totalité des plantations effectuées à Chailluz en 2017 et 2018 a avorté. Il est envisagé que les dernières coupes blanches de peuplement de frênes abattus dans les coteaux sous la Dame Blanche soient laissées en friches… non replantable !

Mais il est aussi urgent de planter partout où il est possible de planter en tenant compte de la nouvelle donne climatique : c’est à dire avec de réelles fosses de plantation et des gaines d’arrosage en bord de route, sur les délaissés routiers, dans les squares… (2) A ce propos il est essentiel d’interpeller nos élus et plus particulièrement ceux du Département du Doubs dont la Politique de l’arbre est sidéralement inexistante...

Mais aussi planter dans nos jardins potagers avec des essences à faible ombrage si demain on veut encore des légumes…

Mener le débat et la controverse partout,

Il bien tard… et bientôt viendrons les feux de forêt.

 (1) : Francis Hallé : Botaniste dendrologue, conférencier, hauteur de nombreux ouvrages scientifique et grand public, : « Plaidoyer pour l’arbre, » paru en 2005.
(2) : À Besançon, les rues sont nettoyées et les arbres arrosés avec de l’eau potable. Une réflexion urgente doit être initiée pour que des stations de pompage de l’eau des réservoirs de ruissellement, du Doubs… soient étudiées afin que ce gaspillage cesse.

 PS : D’aucuns objecteront que cet article est bien pessimiste et que je ne tiens pas compte des capacités de résilience naturelle.

Par exemple que les forêts allemandes qui étaient dévastées par les pluies acides se sont reconstitué quand le problème a été traité. De même que la forêt après la tempête de 1999 qui était annoncée comme une catastrophe indépassable semble avoir surmonté le choc.

 À ces remarques je répondrai que s’il a été possible de traiter les différentes sources de pollutions à l’origine des pluies acides il est plus improbable de faire venir la pluie et de faire baisser les températures…

Concernant la tempête de 1999, oui la forêt a fait preuve par la suite de résilience, avec des pluies « normales » tous les ans.

La problématique sera différente maintenant avec les prochaines tempêtes centennales, qui ne seront sans aucun doute d’ici peu, plus du tout centennales…

 Noir c’est noir !