Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

« Peninsula », une épidémie de zombies

Mercredi 21 octobre 2020 / Patrick Tardit

Le cinéaste coréen Yeon Sang Ho signe un film d’action horrifique, un jeu de massacre post-apocalyptique dans Séoul ravagé par un virus.

Comme toute la péninsule coréenne, Séoul est une mégalopole en ruines, isolée depuis quatre ans, abandonnée du reste du monde dans un chaos figé.

Il y avait quelque chose de quand même très inquiétant dans la présentation par Thierry Frémaux de « Peninsula », avant sa projection au Festival du Cinéma Américain de Deauville. « Ce film dit quelque chose de notre monde », disait le délégué général du Festival de Cannes, fier d’avoir inscrit ce long-métrage du cinéaste coréen Yeon Sang Ho dans la sélection officielle de Cannes 2020. Quatre ans plus tôt, la Croisette avait eu une petite dose de frayeur avec son film précédent, « Dernier train pour Busan », en séance de minuit. Plus de dix millions de spectateurs coréens avaient ensuite vu ce film de zombies coincés avec leurs victimes dans un train lancé à grande vitesse.

« Peninsula » (sortie le 21 octobre) en est une fausse suite, et si le réalisateur a remplacé en ouverture le train par un bateau, c’est encore un film de zombies, une véritable épidémie de zombies : la propagation d’un virus aurait transformé les Coréens en morts-vivants et la Corée en une zone interdite. Et en cette période actuelle de pandémie mondiale, ce film dirait donc quelque chose de notre monde !? Ok, c’est flippant. D’autant que le bateau du début, bourré de réfugiés qui tentent d’échapper à cette saloperie de virus, est qualifié de « cluster », mot désormais entré dans notre vocabulaire courant.

Une sorte de « Mad Max » urbain

En fait, c’est quand même sur terre et quatre ans après le départ du bateau que se déroule l’essentiel de « Peninsula » ; des mafieux hongkongais proposent à une poignée de survivants (dont un ancien militaire désabusé), de retourner dans leur pays pour une mission probablement suicide : récupérer dans un camion un gros paquet de billets oubliés. Le camion en question est bloqué sur une autoroute détruite et encombrée de carcasses de véhicules, quelque part dans Séoul, ou ce qu’il en reste : une mégalopole en ruines, comme toute la péninsule coréenne, isolée depuis quatre ans, abandonnée du reste du monde dans un chaos figé. Mais pas déserte : des meutes entières de zombies guettent le moindre bout d’humain à dévorer.

Le commando va aussi découvrir qu’il reste quelques habitants « intacts », non infectés, des survivants livrés à eux-mêmes, dont un vieux fou, une femme et ses deux enfants ; ainsi qu’une bande surarmée, dangereuse, et aussi stupide que les zombies. Dans un décor post-apocalyptique, s’enchaînent alors des courses-combats spectaculaires, des poursuites de voitures, des jeux du cirque, une sorte de « Mad Max » urbain dans une péninsule infernale. « Peninsula » est ainsi un horrifique film d’action, sauvage, barbare, qui ne peut convenir qu’à des fans de films de genre ; certains ultras seront peut-être déçus de ne pas être autant embarqués que dans le « Train pour Busan », mais on notera quand même que les zombies coréens courent très vite.