Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

La « Miss » est un mec

Mercredi 21 octobre 2020 / Patrick Tardit

« J’ai toujours aimé travailler sur la féminité », confie Alexandre Wetter, bluffant jeune acteur, qui incarne une candidate reine de beauté dans le film de Ruben Alves.

Couronne sur la tête, le visage qui sourit sur l’affiche de « Miss » (sortie le 21 octobre) semble être celui d’une belle jeune fille. En fait, c’est bien celui d’un jeune homme, Alexandre Wetter, qui joue le rôle principal du film de Ruben Alves, celui d’un garçon dont le rêve est de participer au concours de Miss France. Mannequin, l’objectif d’Alexandre était de défiler en femme pour Jean-Paul Gaultier, ce qu’il a fait en 2016. Il a aussi posé pour des photos, des pubs, des clips, trouvé sa place dans la mode, tenu de petits rôles (dont la série « Versailles », « Planetarium », « Rouge Sang »…). En « Miss », le jeune acteur est bluffant dans son tout premier grand rôle au cinéma.

« J’ai découvert Alex sur les réseaux sociaux, sur Instagram, Alex est un personnage qui à travers ses performances, d’être en femme, de défiler en femme en tant que mannequin, vivait sa féminité », précise Ruben Alves, qui avait réalisé « La cage dorée », en hommage à ses parents, concierges portugais. « Comme tout le monde sur ce film, on a d’abord été touchés par la personnalité d’Alex et le regard de Ruben sur Alex, et sur tous les personnages, tous les types de féminité dans le film », ajoute Pascale Arbillot, qui joue la patronne des Miss, une sorte de Sylvie Tellier, chic et autoritaire.

Alexandre Wetter incarne donc Alex, un jeune homme orphelin, qui fait le ménage dans un club de boxe, et vit dans un immeuble, où la tenancière (Isabelle Nanty) accueille des clandestins, des lascars, et Lola, un travesti qui se prostitue au bois de Boulogne, interprété par Thibault de Montalenbert. « C’est un acteur de théâtre, qui aime ces défis-là, pour incarner Lola j’avais vraiment besoin d’un acteur qui allait rentrer dans ce personnage, je ne voulais surtout pas que ça fasse caricatural, il a vécu vraiment ce personnage pendant deux mois », assure le réalisateur.

« Y’a une base, mais il va falloir beaucoup travailler, ça va pas être facile de devenir une femme », dit Lola, qui s’y connait, à cet Alex qui se rêve en reine de beauté, « pour devenir quelqu’un ». Certes, il a un physique androgyne, de grands yeux, il est imberbe, mais il a des épaules de déménageur, et va effectivement devoir travailler pour défiler telle sur belle sur de hauts talons. Après la première étape, le concours de Miss Ile-de-France, et un beau discours féministe qui remet les sales mecs à leur place, Alex se retrouve en huis-clos avec les candidates à Miss France et se heurte à la méchanceté des filles, toutes concurrentes pendant les répétitions.

Le film se veut « ni irrespectueux ni trop élogieux » envers l’univers des Miss, la vraie Sylvie Tellier y fait d’ailleurs une apparition, tout comme Amanda Lear. En grand fan d’Almodovar, Ruben Alves a réalisé avec « tendresse et bienveillance » un film sur l’identité, le regard de l’autre, et l’acceptation, sans jugement aucun sur les personnages et leurs choix.