Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Jean-Louis Fousseret ne soutient personne

communiqué

Mercredi 24 juin 2020 / La rédaction

« Je voterai en mon âme et conscience pour le ou la meilleur-e des candidat-e-s », explique dans un communniqué le maire sortant de Besançon (LREM, ex PS) qui entend s'exprimer en « homme libre ».

Le maire sortant de Besançon a choisi de ne pas indiquer publiquement pour quelle liste il votera lors du second tour des élections municipales. Ce faisant, il ne s'aligne pas sur Alexandra Cordier sur la liste de qui il était présent au premier rour et qui a appelé à voter Ludovic Fagaut. Sa position ne l'exclut pas non plus. Il indique cependant être et rester « un homme de gauche, de centre gauche » mais aussi « un homme d'ouverture qui veut aller au-delà des partis et des clivages politiques », ce qui laisse intact le mystère et permet toutes les hypothèses. On se rappellera cependant sa réticence à laisser la ville à la droite LR, sa sympathie pour Nicolas Bodin (PS) qui fut longtemps vu comme son dauphin, numéro deux d'Anne Vignot, ses mauvaises relations avec Eric Alauzet... 

Voici le texte du communiqué adressé par Jean-Louis Fousseret aux rédactions ce mercredi à 18 h 12.

« Je suis un homme libre et c’est en homme libre que je vais quitter la mairie de Besançon le 3 juillet prochain après 37 ans de vie municipale, dont 19 comme Maire.

Je me suis engagé en politique en 1975 auprès de Robert SCHWINT et toujours au département, à la ville, à la communauté urbaine ou à l’assemblée nationale ce qui m’a guidé c’était l’intérêt général des bisontines et des bisontins.

Je suis fier d’avoir ainsi pu consacrer une partie de ma vie à l’action municipale, d’avoir pu accompagner les plus fragiles, et en même temps travailler avec les forces vives de notre territoire pour maintenir un fort développement économique et assurer le rayonnement de Besançon malgré toutes les difficultés rencontrées pendant ces 20 dernières années.

Parce que c’était mon devoir, j’ai assuré au-delà de la durée prévue de mon mandat la gestion, heure par heure, avec M. le Préfet, de cette terrible crise sanitaire du Covid 19 que nous sommes encore en train de traverser avec un seul objectif être toujours présent et agir pour nos concitoyens.

Je savais qu’en choisissant cet engagement municipal, je ne choisissais pas la facilité et je remercie les Bisontines et les Bisontins pour leur fidélité et leur confiance qui nous unissent depuis 19 ans.

Au cours de toutes ces années, j’ai toujours recherché le consensus pensant que à gauche comme à droite comme au centre il y avait des idées à défendre et à appliquer si elles étaient au-delà de toute idéologie destinée à satisfaire cet intérêt général qui a été le fil rouge de mon action.

C’est d’ailleurs cette vision des choses qui m’a fait m’engager auprès d’Emmanuel MACRON en avril 2016. Ce n’était à cette époque pas un choix opportuniste mais un choix d’un homme libre qui n’est pas un automate.

Je suis, vous le savez, un homme de gauche, de centre gauche, un homme d’ouverture qui veut aller au-delà des partis et des clivages politiques.

Dans cette logique, je ne soutiendrai donc aucun candidat en particulier.

Je pense que le temps des maires directeur de conscience est terminé. Je voterai en mon âme et conscience pour le ou la meilleur-e- des candidat-e-s.

Il ne m’appartient pas de vouloir influencer le vote des bisontines et des bisontins qui doit rester un vote d’engagement à des idées, d’adhésion à un projet et un vote de liberté.

Cette liberté qui est le fondement même de notre République. Cette liberté que j’ai toujours respectée pour être le maire de TOUS les bisontins. »