Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

En 2021 comme en 2013 : publier juste plutôt que juste publier !

Mardi 5 janvier 2021 / Daniel Bordür

La rédaction de Factuel souhaite une excellente année à ses lectrices et lecteurs. Ces voeux sont l'occasion de revenir sur 2020 et de regarder l'avenir avec l'espoir que la nouvelle version du site, attendue cet hiver, vous plaira et incitera ceux qui hésitent encore à s'abonner pour garantir la pérennité de l'entreprise. En 2021, la Bande à Factuel, l'un de nos deux actionnaires associatifs, jouera également pleinement son rôle de soutien et d'animation.

Lectrices et lecteurs de Factuel, toute la rédaction vous souhaite une bonne année 2021 ! Bonne année à vous, qui êtes les principaux et précieux soutiens du journal ! Et pendant qu'on y est, bonne année à nous, qui en sommes les artisans passionnés, et vous mitonnons quelques nouveautés pour les semaines qui viennent.

Mais avant de vous dire ce que nous avons prévu pour 2021, je voudrais revenir sur cette année 2020 que avons finie sur les rotules au point de prendre deux semaines de repos : si les billets de blogs et les communiqués continuent à être publiés, notre prochaine livraison substantielle aura lieu vendredi 15 janvier.

Cette année 2020 aura été éprouvante à bien des égards. Le 10 février disparaissait notre ami Yves Lagier. Engagé très tôt auprès de Factuel parce que, disait-il, nous défendions un « journalisme d’investigation plutôt que de contemplation », il était le gérant de la Cigales 1881, club de huit investisseurs constitué en 2014 pour soutenir Factuel. Il s’est magnifiquement impliqué dans la promotion et le soutien du journal, participant à des ventes militantes ou organisant des réunions de présentation. Il a aussi tenu un blog éclectique et érudit, et signé deux articles dont un édito sur l’Europe face à la crise des migrants en 2015. Il a également orchestré la transmission des parts que la Cigales détenait dans la société éditrice de Factuel à Guillaume Clerc, l’animateur de la rédaction.

Défense des libertés

2020 a aussi été marquée par l’implication de Factuel dans l’importante mobilisation en faveur des libertés fondamentales, dont celle de la presse, qui traverse notre pays jusqu’en ce début d’année. Un temps correspondant du journal, Toufik de Planoise a été poursuivi en justice sur fond de relations conflictuelles avec certains policiers. J’avais quelques semaines plus tôt écrit au préfet du Doubs pour l’avertir du harcèlement dont il était l’objet. Nous avons consacré une belle énergie à organiser une défense qui dépassait sa personne car c’était le droit d’informer qui était attaqué. Plus de mille personnes, dont la présidente de région, ont signé un appel demandant l’abandon des poursuites. Près de 400 personnes ont assisté à une réunion de soutien avec Edwy Plenel et Raphaël Kempf le 27 février à Besançon. Condamné en première instance, Toufik a fait appel. L’audience se tiendra sans doute fin 2021.

Le 27 février 2020 est aussi le jour de la parution du numéro 1 de Factuel papier, sur 12 pages. Les numéros suivants sont passés à 36 pages, le quatrième devrait sortir durant la seconde quinzaine de janvier. Ce trimestriel imprimé nous permet d’élargir notre lectorat et de mieux nous faire connaître.

Le bénéfice enregistré en 2019 qui a permis de redresser des comptes mal embarqués les années précédentes, aura été de courte durée. Les résultats économiques de 2020 ne sont pas à la hauteur de nos espoirs et de nos besoins. Une gestion prudente a permis de limiter à 240 euros le déficit de notre dernier exercice comptable. Malgré une légère augmentation de 3 %, nos recettes d’abonnements et de ventes restent beaucoup trop faibles et représentent 60% des 26.500 euros de produits. Nous avons pu compter sur des dons, quasi inexistants auparavant, qui ont atteint 5 % des produits. Les aides publiques du fonds de soutien aux médias en ligne de proximité sociale que nous percevons ont été divisées par deux en raison d’un nombre plus important de demandes pour un budget équivalent. Comme vous le savez, nous avons choisi de n'avoir aucune recette publicitaire.

Offre éditoriale accrue et informations exclusives

Malgré ces conditions délicates, nous avons pu augmenter les dépenses salariales de 14 %, doubler les frais de reportage et multiplier par quatre la rémunération des correspondants de presse, ce qui témoigne d’une plus forte activité rédactionnelle. Cela s’est traduit par une diversification des sujets, des angles, des styles, des centres d’intérêt, par la publication de davantage informations exclusives. A titre d’exemples récents, je rappellerais :

Bien avant 2020, Factuel.info avait été en avance, et souvent le plus complet, sur des dossiers d’intérêt public tels que le projet de center parcs de Poligny, le recours au casse-cailloux dans le Haut-Doubs, le projet urbain des Vaîtes à Besançon, le rôle du comté dans la pollution des rivières, le département du Doubs épinglé par la chambre régionale des comptes pour une politique d’aide à domicile suspectée d’avoir favorisé l’ADMR, la préparation des élections municipales de Besançon...

Une rédaction professionnelle, des contributions expertes

Il y a un an et demi, je vous annonçais ma prise de recul progressive concomitante de mon départ à la retraite. Je demeure encore un temps président de l’entreprise éditrice et directeur de la publication, mais c’est Guillaume Clerc qui anime désormais la rédaction et plusieurs journalistes professionnelles travaillent régulièrement pour Factuel : Sonia Pignet, Camille Jourdan, Clémentine Guenot, etc.

Côté correspondants de presse, nous avons accueilli Louis Colmagne, prometteur étudiant en journalisme qui a notamment traité d'un conflit sur le lynx dans le Jura, David Tripard qui a tendu son micro à des commerçants de Belfort aux abois, Géraldine Kopp qui a donné la parole à des assistants d'éducation en grève, Laurence Subirana sensible aux questions environnementales... Ayant notamment couvert le mouvement des gilets jaunes mais aussi traité des sujets de société, Toufik de Planoise a rejoint Radio BIP cet été.

Plusieurs bénévoles apportent des contributions de haut vol à la rédaction. La critique de cinéma Michèle Tatu tient la rubrique... cinéma avec le journaliste Patrick Tardit. L’écrivaine Danièle Secrétant propose des chroniques littéraires. Le sociologue Jean-Michel Bessette intervient à l’occasion sur la justice... Très récemment le chanteur bisontin Pascal Mathieu a écrit sur feue Anne Sylvestre avec qui il a parfois partagé la scène. Je ne les cite pas tous... Ils sont importants car ils participent de la pluralité des approches et des sensibilités.

Enfin, les abonnés blogueurs hébergés par Factuel témoignent de faits, analyses, réflexions et engagements variés, soulignant autant la vitalité qui parcourt la société civile que la nécessité des débats publics locaux et régionaux sur de nombreuses questions : université, accueil des migrants, santé, forêt, rivières, urbanisme, économie, etc.

Bientôt un nouveau site pour garantir notre pérennité

Sur le plan éditorial, Factuel.info est une réussite originale qui s’appuie sur les fondamentaux du journalisme – le reportage et l’enquête – et l’expertise.

Cela ne se traduit malheureusement pas par des résultats économiques susceptibles de garantir notre pérennité à terme. C’est notamment dû à des soucis techniques identifiés, une offre éditoriale demeurant insuffisante, des carences commerciales. Nous avons enregistré un frémissement des abonnements ces dernières semaines et espérons beaucoup de la nouvelle version du site qui sera plus lisible, plus simple, plus sûre et facilitera les réabonnements. Nous ne sommes pas en mesure d’affirmer avec précision quand elle sera opérationnelle, c’est notamment la rançon de la crise sanitaire.

Cette nouvelle version, la troisième depuis la création de Factuel il y a huit ans, proposera une présentation plus variée que celle d’aujourd’hui, avec une mise en page, ou plutôt en écran, plus adaptée à la façon dont nous traitons les sujets. Les informations brèves quitteront le ventre du site pour figurer en haut à droite, bien visibles au dessus de la ligne de flottaison. Nous réserverons une place spécifique aux communiqués de presse que nous publions aujourd’hui sur la partie blogs. La boutique en ligne sera plus claire et nous proposerons le règlement par prélèvement qui permettra d’éviter les ruptures d’accès inhérentes au paiement par carte bancaire quand celle-ci vient à expiration.

La Bande à Factuel en mesure de jouer son rôle d'appui

2021 sera aussi l’année de la Bande à Factuel. 2020 a ainsi vu la relance de cette association de lecteurs et d’amis du journal, avec l’arrivée de renforts militants et l’élection de Michèle Tatu à la présidence. Second actionnaire de la société éditrice du journal, elle est désormais en mesure de jouer son rôle d’appui, mais aussi d’accueillir de nouveaux membres. Parmi les actions qu’elle a mises en place, le concours de nouvelles sur le confinement initié en juin dernier, a reçu quarante textes : un vrai succès ! La crise sanitaire l’a conduite à repousser à ce début d'année la remise des prix initialement prévue à l’automne dernier : la date et les modalités seront bientôt rendues publiques.

La Bande à Factuel organise aussi des soirées ciné-débats qui, là aussi, ont pâti et souffrent encore de la pandémie. Pour l’heure, ses militants actifs échangent régulièrement pour construire et organiser le soutien concret et la promotion dont la régularité et la constance ont longtemps manqué à Factuel. Ils contribuent ainsi par exemple à la mise en place du réseau de distribution du journal imprimé.

Pour Factuel, la période qui commence est importante. Nous sommes résolus à faire le maximum pour confirmer la place originale du journal dans le paysage médiatique régional, ce qui passe par l’augmentation du nombre d’abonnés qui nous donnera les moyens d’étoffer l’offre de lecture et de conserver notre indépendance.

Factuel change mais reste constant dans ses principes : son programme reste le même que le titre du premier édito : publier juste plutôt que juste publier.