Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Il faut effacer le barrage du Theusseret en amont de Goumois

Lundi 20 mars 2017 / Philippe HENRY

SOS Loue et Rivières Comtoises, Pronatura Jura, FNE Doubs, ANPER-TOS, Fédération de pêche du Doubs, APPMA La Franco-Suisse ont lancé cette pétition et il y a maintenant 1882 signataires.

Soutenez les Rivières Comtoises : visitez le site (http://www.soslrc.com/) et adhérez . Ci-dessous l'argumentaire joint à la pétition : https://www.change.org/p/monsieur-le-pr%C3%A9fet-du-doubs-oui-il-faut-ar...

OUI, il faut effacer le barrage du Theusseret !

Le barrage du Theusseret est situé en amont de Goumois, sur le Doubs Franco-Suisse, rivière française emblématique. Cette rivière est touchée par des pollutions multiples (mauvaise qualité des eaux mais aussi impact important de seuils et barrages). Une importante mobilisation citoyenne a vu le jour pour sauver la rivière, patrimoine naturel exceptionnel, et réduire l’impact des différentes pollutions.

Actuellement, dans ce cadre, un projet d’effacement du barrage du Theusseret est en cours d’étude. Cet effacement permettrait de rétablir une continuité écologique et d’annuler les méfaits environnementaux de cet ouvrage qui fait partie de la multitude d’obstacles qui ont corseté nos rivières au fil des siècles.

Avec ses  3,60 mètres de chute, ce barrage est infranchissable par toutes les espèces de poissons et la stagnation des eaux et des sédiments en amont posent de graves problèmes environnementaux.

De façon générale, il est démontré scientifiquement pour ces seuils et barrages que :

- Les barrages ou seuils, même petits, portent en tant que tel une atteinte considérable au milieu naturel (stagnation des sédiments, limitation de l’autoépuration, gêne à la migration des poissons, appauvrissement génétique, augmentation des températures de l’eau, prolifération algale… aspects bien démontrés scientifiquement)

- Ce sont des amplificateurs de pollution, effet majoré en période de réchauffement climatique (accumulation et stagnation de polluants à l’amont, prolifération algale en amont allant jusqu’au développement de cyanobactéries toxiques y compris pour l’homme, effet sur les températures majoré en cas de canicule avec risque de seuil létal pour les poissons…)

- Effacer et araser les seuils et barrages constitue un des maillons de l’amélioration de nos cours d’eau pour les générations futures, au même titre que la reconquête d’une eau de qualité (lutte contre les pollutions domestiques, agricoles et industrielles).

- La production d’énergie par ces ouvrages est mineure et de plus non stockable. Elle n'est viable pour l'exploitant qu'en raison de l'attribution de fortes subventions publiques.

- Les passes à poissons ne sont qu’un pis aller, inefficaces sur la plupart des effets négatifs de ces ouvrages. Nous rappelons que l’ombre et la truite, après avoir fait la réputation de notre région, sont classés sur la liste rouge de l’UICN (= en danger d’extinction)

                          Concernant le barrage du  Theusseret

- Le barrage du Theusseret a un impact négatif indéniable sur le milieu aquatique, qui plus est sur une rivière en grande souffrance depuis quelques années.

- L’effacement du Theusseret donnerait un libre accès réel et efficace à plus de 3 km de rivière en amont dont une zone de très belles frayères soit plus de 10km de cours d’eau sans obstacle.

- Le Doubs à Goumois est classé en rivière à salmonidés dominants et en liste 2 de l’article L214-17 du code de l’environnement relatif à la continuité écologique. L’effacement est une solution pour respecter cette loi. Il existe aussi un plan de sauvegarde de l’apron pour lequel les états suisses et français sont sous surveillance suite au risque d’extinction de cette espèce de poisson surnommé le « Roi du Doubs ». Les seuils constituent  une vraie entrave à son déplacement et sa reproduction.

- Les travaux nécessaires à l’effacement du barrage du Theusseret n'ont rien de majeurs 

-  L'effacement du Theusseret ne sera qu'un plus esthétique et une fierté des habitants qui auront su faire évoluer leur patrimoine pour l'amélioration du milieu. Il s’agit d’une dynamique positive globale, qui rendra au paysage sa beauté naturelle et sauvage.

- Le tourisme doux a besoin de milieux naturels en bon état, donc tout doit être fait dans ce sens. La présence de seuils de ce type n'est pas un plus touristique. 

- Cet ouvrage ne fait en rien partie des ouvrages à préserver ou ineffaçables (zones de navigation par exemple…)

- L’effacement des seuils de La Rasse et du Moulin du Plain s’inscrivent dans le même projet de retour à une vraie continuité écologique vitale à cette rivière. Le Doubs frontière paie déjà un lourd tribut environnemental aux barrages (Chatelot, Refrain et Goule) et à l’hydroélectricité, il est donc normal que ces ouvrages secondaires soient effacés.

Il y a donc urgence à l’effacement de barrages tel que le Theusseret

Pour les générations futures, afin qu’elles redécouvrent une rivière sauvage et diversifiée tout en gardant sous forme didactique la mémoire du passé. Certains diront que pendant longtemps ce type d’aménagement n’a pas posé de problèmes (même si dès le milieu du XIXème siècle leurs conséquences sur la reproduction des salmonidés a été décrite et des passes à poissons prescrites). A l’époque l’eau était pure, abondante toute l’année (pluviométrie favorable, pas de réchauffement climatique, zones humides nombreuses stockant l’eau) et les activités humaines n’avaient qu’un faible impact. Toutes choses qui ont bien changé. Et même si des progrès sont indispensables et vitaux pour nos rivières, force est de constater que l’on ne peut pas revenir totalement en arrière dans ces domaines.

          SIGNEZ POUR LA SUPPRESSION DU SEUIL DU THEUSSERET

https://www.change.org/p/monsieur-le-pr%C3%A9fet-du-doubs-oui-il-faut-ar...

Une priorité absolue doit bien entendu être donnée à la lutte contre les pollutions (domestiques, agricoles, industrielles…) qui tuent nos rivières et leurs habitants. L’amélioration de la biodiversité et la diminution des températures moyennes apportées par la suppression des seuils et barrages comme celui du Theusseret sont aujourd’hui complémentaires aux actions pour retrouver une bonne qualité de l’eau et pour sauver les poissons qui tentent d’y survivre.

 ANNEXE : CE QUI EST DEMONTRÉ SCIENTIFIQUEMENT EN CAS D’EFFACEMENT DE BARRAGE :

- Restauration des faciès et habitats (contrairement aux idées reçues, les zones de barrages sont moins riches en habitats)

- Restauration de la relation nappe phréatique/rivière (l'eau se stocke dans la nappe en période de crue et est restituée très fraîche à la rivière lors des basses eaux (étiage))

- Restauration de l’écoulement des sédiments (sinon ils se stockent à l'amont et la rivière se creuse à l'aval)

- Amélioration de la migration piscicole donc de la fraye et du brassage génétique ( la consanguinité favorise la fragilité des espèces face aux maladies par ex)

- Diminution de l’eutrophisation (prolifération d'algues due à l'accumulation de polluants  et à l'augmentation de la température à l'amont)

- Diminution de la température moyenne de l’eau et des pics thermiques en été. L'augmentation de la température par les barrages est accentuée en cas de fort ensoleillement ou de températures élevées... chose récurrente ces dernières années...

- Amélioration de la résilience (capacité de récupération) des milieux aux agressions et au réchauffement climatique.

- Amélioration de la biodiversité (poissons, invertébrés, végétaux), qualitativement et quantitativement.

- Les passes à poissons ne remplissent qu’une infime partie de ces grandes améliorations pour les rivières et nécessitent  des fonds publics pour l’entretien.

Pour aller plus loin vous pouvez consulter cet article et l’étude concernant les conséquences d'un seuil/barrage sur le Dessoubre:

http://www.soslrc.com/2017/03/01/impact-des-barrages-et-seuils-cas-de-fl...

et un film sur la continuité écologique de nos rivières

http://www.arcinfo.ch/articles/regions/montagnes/l-assainissement-du-dou...