Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Un GEEC local : inquiétudes et questionnements

Jeudi 17 septembre 2020 / Jardins des Vaîtes

Lors d’une conférence de presse en date du 12 septembre, Anne Vignot a annoncé la nomination de Hervé Richard à la tête du GEEC – Groupe d’Etude de l’Environnement et du Climat. Elle a donné quelques indications sur son rôle et sa composition. Le premier dossier traité – et pour l’instant le seul - par ce GEEC est celui des Vaîtes.

Plusieurs éléments nous questionnent et nous alertent.

  • De nombreux commentaires sur les réseaux sociaux, mais aussi par l’association « Les Vaîtes », ont soulevé la question de la proximité de Hervé Richard avec Anne Vignot : collègue dans le même laboratoire, membre de son comité de soutien pendant les municipales, interviewé dans la presse pour la soutenir. La question de l’impartialité et de l’indépendance du président du GEEC a donc été soulevée dès sa nomination. Dès lors, nous nous inquiétons. L’avis rendu aura-t-il assez de légitimité pour être accepté par le grand public ?
  • Nous citons Anne Vignot lors du dernier conseil municipal : « Le GEEC rendra un rapport qui comportera différents degrés de recommandations, de suggestions d’évolution et de modifications du projet ou d’une partie du projet. » Nous nous interrogeons sur le fait que des scientifiques se positionneront donc a posteriori sur des dossiers déjà engagés. Or le GIEC, qui est censé servir de modèle, fonctionne à l’exact opposé : il étudie la situation globale et pose des objectifs à partir d’études scientifiques. Enfin l’abandon d’un projet ne fait pas partie des attributions du GEEC telles que définies ici.
  • Avec un GEEC au complet mi-octobre et devant rendre un rapport pour fin décembre, les experts choisis n’auront matériellement pas le temps de mener des études scientifiques. Leur rôle se limitera donc à celui de relecture et compilation de dossiers déjà existants. Or sur ces dossiers, nous rappelons que d’autres collèges d’experts ont déjà rendu un avis : le Conseil National de Protection de la Nature, le Tribunal Administratif, le Conseil d’État.

Nous constatons enfin que les contours, le rôle et les prérogatives de ce GEEC ne cessent d’évoluer en fonction des discours, que beaucoup de flou subsiste encore. Nous ne savons plus à quelles déclarations nous fier.

Recommander cet article
0