Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Les Insoumis demandent un référendum révocatoire à Besançon

Lundi 9 octobre 2017 / Invité

Quinze groupes d'appui de Besançon et des environs estiment dans un communiqué que les électeurs de 2014 n'ont pas voté pour un maire LREM...

Nous avons pris acte de la création d’un groupe La République En Marche (LREM) à l’initiative de M.Fousseret au sein du Conseil Municipal de Besançon, composé de treize conseillers municipaux (ex membres du parti socialiste, d’EELV ou issus de la société civile) dont Eric Alauzet, député de la 2ème circonscription du Doubs et ex EEVL.

De fait, sans le consentement, ni consultation des bisontin.e.s, notre ville dispose d’une nouvelle majorité LREM/PS/EELV/PCF.

Nous y voyons trois conséquences problématiques.

L’absence de légitimité de M. Fousseret à inscrire notre ville dans le projet Macronien et son monde, en l’absence de consentement clair de sa population, constitue un déni total de démocratie que nous dénonçons.

Nous attirons également l’attention sur le fait que M. Fousseret a été élu en 2014 sur une liste qui portait un projet, projet qui sera sans aucun doute remis en cause par la politique nationale menée par le gouvernement Edouard Philippe. M. Fousseret, soutien de la première heure de M. Macron et soutien du gouvernement, a déjà été mis en minorité au sein du Conseil Municipal dans le cadre de deux motions déposées par les autres membres de sa majorité. En effet, le projet de 2014, sur lequel M. Fousseret a été élu, pourra-t-il être tenu quand le gouvernement annonce la baisse des dotations aux collectivités territoriales ou la fin des contrats aidés ? M. Fousseret va-t-il continuer à soutenir une politique nationale qui met à mal le mandat que les bisontin.e.s lui ont donné ? Qu’en sera-t-il de sa position lors du vote de la Loi de finance pour 2018 ? Défendra-t-il les intérêts des bisontin.e.s ou continuera-t-il à soutenir cette politique de casse sociale ?

Dernier épisode en date de cette intrusion de LREM au sein de notre mairie, la double casquette de Mme Alexandra Cordier, attachée de presse à la ville de Besançon et référente LREM pour le Doubs, qui suscite un mélange des genres problématique. L’utilisation du compte twitter @Besanconpresse, présenté comme le compte du service presse de notre ville et alimenté par Mme Cordier, à des fins politiciennes de promotion de la politique menée par le gouvernement, nous amène à nous demander si les agents municipaux ainsi que les outils au service de la promotion de notre ville sont
au service de LREM et du gouvernement ou au service des bisontin.e.s.

Derrière le masque de la nouveauté, on retrouve les pratiques politiciennes du vieux monde.

En conséquence, les groupes d’appui de la France insoumise de Besançon demandent l’organisation d’un référendum révocatoire, afin que les bisontin.e.s puissent s’exprimer sur leur volonté ou non de voir un maire LREM diriger la ville.
Cet épisode de politique locale ne fait qu’illustrer le constat que la France insoumise ne cesse de faire. Notre démocratie est malade ; malade de ces promesses non tenues, malade de ces manoeuvres politiciennes… Nous en appelons à la fin de cette Vème République à bout de souffle.

Nous en appelons à ce que le peuple puisse exercer un droit de révoquer les élu.e.s, quand ceux-ci trahissent la parole donnée.

Nous en appelons à une VIème République pour faire place au peuple.

Signataires : les groupes d'appui de la France insoumise de
Planoise, Les jeunes insoumis, Palente, Viotte Montrapon,
Veille presse insoumise, Vaites/Chaprais, Boucle Battant,
Bregille Pré de Vaux Les Vaites, Besançon-Saint-Claude,
Appui JLM Besançon, Velotte/Butte, Chalezeule,
Insoumise Séquanie 25, Les copains insoumis,
Cessey.