Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

L’intersyndicale CFE-CGC & SUD prête à continuer et finaliser les négociations pour éviter les délocalisations

Mercredi 3 juin 2020 / Intersyndicale Genreral Electric Belfort

A l’issue de la réunion de négociation de mercredi 3 juin, les syndicats CFE-CGC et SUD ont donné leur accord pour continuer et finaliser les négociations d’augmentation de capacité du site de Belfort permettant d’éviter les délocalisations aux Etats-Unis et en Arabie Saoudite.

Même si tous les détails ne sont pas finalisés, concernant le volume d’heures, seul un volant maximum de 7000 heures sur les 40 000 heures initialement concernées pourraient être sous-traitées par GE si besoin, et notamment en France.

Le projet d’accord reprend nombre de propositions de l’intersyndicale, comme le passage de 75% à 85% d’activité en Juin, le retour aux horaires de travail avant COVID-19, le recours à l’intérim, au travail le samedi ou à la mise en place d’équipe de week-end, mais comporte également un volet flexibilité activable par GE si besoin pour adapter sa capacité cette année :
- Report de 4 jours de RTT employeur de 2020 vers 2021 (qui s’annonce moins chargée)
- Report de 4 jours de RTT employés de 2020 vers 2021 (avec l’accord de l’employé)
- Report de 2,5 jours de congés payés (avec l’accord de l’employé)

Bien que la loi demande qu’un accord soit majoritaire (signé par les organisations syndicales représentant plus de 50% des effectifs) pour être applicable, la direction exige la signature des 3 organisations syndicales.

C’est pourquoi la direction de GE a décidé de mettre un terme aux négociations et de maintenir la réunion de CSE du jeudi 4 Juin pour recueillir l’avis des membres du CSE sur le projet initial de délocalisation de 40 000 heures aux Etats-Unis et en Arabie Saoudite.

L’intersyndicale CFE-CGE et SUD demande à la direction de GE de finaliser cet accord comme le prévoit la loi, et comme ce fut le cas en Octobre 2019, lors de la signature des accords qui ont permis de sauver plus de 300 emplois à Belfort et d’initier un projet industriel pour repositionner Belfort, comme centre d’excellence 50 Hz.

Avec ou sans accord, la direction de GE a toute la latitude pour maintenir tout ou partie des 40 000 heures de production à Belfort conformément aux propositions de l’intersyndicale.

L’intersyndicale CFE-CGC et SUD reste à disposition pour poursuivre les négociations et éviter les délocalisations dans l’intérêt de la pérennité du site de Belfort.

Recommander cet article
0