Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Fin août, la phase de consultation pour ou contre le Center Parc sera close

Samedi 8 août 2015 / Georges Lambert

Questions à propos d'un projet de Center Parc à Poligny, Jura

Le Center-Parc de Poligny ou les millions qui risquent de coûter cher (version 4)
note : les versions successives gagnent en précision grâce aux suggestions de lecteurs avertis. Merci.

Le Center-Parc de Poligny ou les millions qui risquent de coûter cher

Le projet Center Parcs de Pierre & Vacances Center Parcs (abrégé en PVCP dans ce texte) à Poligny a fait l’objet d’un débat public duquel il ressort un certain nombre de questions qui ne relèvent pas seulement du simple rapport de forces entre partisans (grosso modo : les élus locaux) et opposants (une grande partie de la population : toutes les séances ont fait salle pleine à majorité hostile au projet). Les échanges ont porté sur les gros sous et l’impact écologique. Il y a cependant un sujet à ajouter : les pratiques politiques à la française dans les relations des collectivités aux grosses entreprises. En annexe, la liste des intervenants identifiés dans les verbatim des réunions organisées par le Centre National du Débat Public. Outre les élus, de nombreux intervenants ont une visibilité sur internet : un site, un blog personnel, un blog facebook, etc., consultables.

Essayons de comprendre:

1. De la responsabilité initiale des élus locaux

On comprend le souci des élus. Notamment ceux du maire de Poligny, Dominique Bonnet, qui voit la population de la ville baisser depuis 1990 (1) en même temps que celle de l’arrondissement (Lons-le-Saunier) hésite à la hausse (2). Par ailleurs les revenus moyens par ménage à Poligny, légèrement en dessous de la moyenne départementale (3) n’est pas mirifique et le nombre de chômeurs dans le département frise les 10% (4). Parmi eux, Dominique Bonnet en signale 240 à Poligny (5). On comprend donc que vouloir booster économiquement le secteur est une oeuvre de salut public. Les élus jurassiens y ont pensé et il y pensent.

Le secteur touristique est un point fort sur lequel le Jura peut s’appuyer. Il y aurait une trentaine de bureaux ou offices du tourisme dans le département (6). Des quatre départements de Franche-Comté, le département du Jura est le plus interventionniste en terme de tourisme avec une mise de 13,2 E par habitant soit 13;2 * 261 000 habitants = environ 3 millions d’Euros mobilisés en 2014. Cet investissement est censé avoir retourné plus de 1000 Euros par tête (7).

Bilan qui montre que le soutien aux entreprises existantes, notamment à celles du tourisme, est l’un des éléments de réponse à la question de la stimulation économique.

L’apport d’une entreprise de grande taille susceptible de délivrer plusieurs centaines de salaires en est un autre. Ce second point n’excluant pas le premier. Dans la mesure ou l’aide publique à l’installation d’une grande entreprise ne dégrade pas sensiblement le soutien au tissu actif existant. Dans les faits, le soutien ordinaire à l’économie locale se fait sur les budgets courants, l’aide ponctuelle à l’installation d’une nouvelle entreprise se fait souvent par des modifications du foncier public et des travaux de voirie qui recourent à l’emprunt. Notre sujet se range dans cette deuxième catégorie.

Interpellés par les préoccupations citées, les élus ont été sensibles à un démarchage du groupe Pierre & Vacances (8) qui propose l’ouverture d’un Center Parcs dans la Forêt de Poligny, précisément en tangente de la route Barretaine - Le Fied. Le point d’attraction phare du produit est une “piscine couverte” de 12000 m2 appelée Aqua Mundo (9) ou Aquamundo. Une emprise de 150 hectares offrirait un espace contrôlé de détente à un complexe de 400 cottages installés sur 40 hectares aménagés (10), soit 1200 à 1700 vacanciers par semaine. L’espace visé se partagerait à parts inégales entre la commune de Poligny et celle du Fied.

Dans la perspective de céder ce terrain à Pierre et Vacances les collectivités (Département, communes et Communauté de Communes de Poligny, alias Grimont) ) ont entrepris de constituer une Société d’Economie Mixte (SEM) qui serait l’interlocuteur de Pierre et Vacances, en quelque sorte le vendeur mandaté par les collectivités concernées. Car, si nous l’avons bien compris, l’objectif est de vendre ces terrains publics à Pierre et Vacances.

On n’a pas entendu parler de prix. Ceci, au passage, est un point à éclaircir.

Dans le même projet les élus se préparent à réaliser les infrastructures nécessaires au fonctionnement du “village” Center Parcs : routes, eau potable, lignes électriques, gaz, téléphone, évacuations des eaux usées, etc. Le coût de ces infrastructures a été évalué à 60 millions d’Euros (11).

L’affaire devient sérieuse, surtout si on rapporte cette somme au budget primitif 2015 du département du Jura qui donne un ordre de grandeur assez précis des capacités du département : 321 millions d’euros (12). La part d’investissement de ce budget est de 70 / 71 millions. L’investissement à engager pour le seul Center Parcs représente donc 86% du budget d’investissement d’une année du département. Même si on entend bien que, d’une part une fraction peut être prélevée sur le fonctionnement et que, d’autre part, cette dépense sera couverte par un emprunt qui courra sur une période plus ou moins longue, il ne s’agit pas d’une peccadille.

Le groupe Pierre et Vacances Center Parcs (PVCP), qui parle aussi d’argent, travaille à la séduction des investisseurs et des décideurs publics qui pensent “investissement délégué”. Les principaux facteurs de séduction sont évidents :
    1) le poids du groupe : 1 415 millions d’Euro de chiffre d’affaires (un milliard et demi), dont la moitié est de la location (13);
    2) son image de marque (14);
    3) son savoir-faire (15). Ce point n’est pas négligeable car les collectivités publiques renâclent à mettre le doigt dans l’innovation, la vraie : celle qui présente des risques. Ca peut se comprendre. A une nuance près qu’on verra plus loin.

Chez Pierre et Vacances on l’a compris. Depuis longtemps. Ce qui autorise Gérard Brémond de conclure avec satisfaction l’exercice 2014 de son groupe (16).

Donc, on pourrait supposer que tout est dans le meilleur des mondes.

2. Rien n’est simple en ce bas monde

Cependant, les bases politiques du dossier posent des questions. Des diverses réunions suscitées par la Commission Nationale du Débat Public depuis le 20 avril 2014 (dont 9 “ateliers”), ont surgi de nombreuses questions pertinentes qui préoccupent les habitants, tous milieux confondus. Le sujet ici n’est pas de rapporter le détail des questions posées ou propositions faites qu’on peut trouver sur le site du cndp (centre national du débat public) consacré au Center Parc de Poligny (17) et aussi à partir du site du Pic Noir (18). Notre sujet est de montrer qu’un biais politique et économique existe dans le montage de ce dossier. Un biais qui relève d’une certaine pratique de la politique à la française, résultat du recul du pouvoir politique devant l’économique.

Résumons d’abord les objections avancées.

3. Un contre-sens sociologique, écologique et paysager

Le groupe PVCP se présente comme un opérateur vert. Il a mis à contribution au moins un cabinet d’experts “verts” ( Biotope, Hérault). On peut accorder à cet opérateur un certain nombre d’égards vis à vis de l’espace  dont il prend la maitrise.

Ill est cependant flagrant que, d’une part, les modules de base du groupe, 400/800/1200 bungalows, conduisent à une installation de la ville à la campagne (19) qui inclut un confort maximum (supposé) pour les occupants et donc une infrastructure de voirie, de canalisations, de câblerie, d’éclairage extérieur qui comptent dans la transformation du paysage. Dans ces conditions donc, même une “petite” unité de 400 emplacements répartis sur 40 hectares, représente plus d’aménagement que pour un des villages voisins (qui comptent chacun moins de 400 foyers). Il reste à savoir quelle surface sera close.

Créer ex nihilo, en pleine forêt, sans période de transition, un village entier, doté des équipements les plus modernes est une forte contrainte sur l’autochtone - humain, animal et végétal - qui devra respecter les exigences de fonctionnement du nouveau (gros) propriétaire : Center Parc.

D’autre part, il est nécessaire de reconsidérer le bien fondé de l’Aqua mundo (ou Aquamundo), point central et commercial du Center Parc. Cet espace commercial géant de 12.000 m2 qui comprend une ou plusieurs piscines est globalement maintenu à 29°C (20). En soit, l’Aquamundo peut être apprécié comme un must du savoir-faire contemporain en termes d’outil de détente. Malheureusement, l’Aquamundo est à la fois un consommateur énergétique inconvenant dans le contexte climatique actuel et un concept incongru dans un paysage tel que le Jura.

Tout d’abord, à un moment où toutes les administrations de l’Etat français sont mobilisées pour faire faire des économies d’énergie aux citoyens ordinaires, les élus semblent trouver normal qu’on installe un établissement de distraction quasiment aussi consommateur en énergie que l’ensemble des villages du canton, même si l’ensemble est optimisé (21). Ca laisse perplexe.

Ensuite, sur l’impact paysager, se posent deux questions: l’une quant à l’impact architectural, l’autre quant au signal symbolique fort - voire violent - qu’envoie cet Aquamundo-piscine-tropicale tant à l’habitant qu’à l’usager.

De l’architecture de l’Aquamundo, on ne sait pas grand chose car le groupe PVCP s’adapte aux circonstances et, manifestement, varie les solutions. A moins d’être un conservateur strictement attaché au calcaire que plus personne ne sait tailler, il est difficile d’être carrément contre la nouveauté que pourrait apporter une telle construction dans la région. Sauf à considérer que la qualité de l’architecture ne doit pas être révisée au rabais au prétexte qu’un mini Center Parc de 400 bungalows ne mérite pas une architecture de qualité en matériaux durables et , vu l’ampleur du projet, de préférence nobles. Donc, à priori, coûteuse. Remarquons en passant, à propos des bungalows qui entoureraient ce monument du tourisme local, que ce n’est pas parce qu’un bâtiment est en bois, qu’il est beau et noble dans la durée. Donc, le choix du bois, dont aucun mur de maison du secteur n’est fait, n’est pas forcément un bon argument d’intégration urbanistique comtoise. Mais d’intégration forestière, peut-être. Quoique la couverture gonflable en revêtement plastique et isolant et translucide - film ETFE - (21 encore) de l’Aquamundo me semble difficilement compatible aussi bien avec l’intégration paysagère au global qu’avec l’harmonie  d’un environnement d’épicéas et autres feuillus du terroir.

Venons en à l’aspect socio-environnemental : le concept aqualudique d’Aquamundo-piscine-tropicale  de 12000 m2, chauffé à 29°, est d’une grande étrangeté. On peut admettre une piscine chauffée toute l’année ou presque, il y en a d’autres dans le département. Mais inventer un décor totalement artificiel - alors que la nature à l’extérieur offre des ressources illimitées à celui qui sait les trouver - est la plus étonnante des propositions. Généralement, on ne vient pas dans le Jura pour voir des palmiers,  des cactus, des orangers. On vient dans le Jura pour voir des sapins, des épicéas, de la neige, des cascades romantiques, des sous-bois à dimensions humaines (si j’ose dire), du crachin sur les sentiers, de la pierre blanche, des lapiaz, etc. On vient dans le Jura pour ses “trésors naturels” (22).

Plutôt donc que de charger l’Aquamundo avec des végétaux exotiques à grand renfort d’entretien, il serait bien plus judicieux d’utiliser l’espace couvert pour exposer et expliquer les végétaux locaux, les roches locales, les oiseaux et les insectes locaux, les petits et grands mammifères des bois et des champs, la vache à comté, la ronde des saisons autour des lacs et des tourbières, etc, bref, un programme inépuisable. Il y a déjà tout sur place à disposition ! De plus, en hiver, le même espace pourrait servir d’immense serre - pédagogique - pour préparer l’exposition de l’année suivante. Ne soyons pas absolument sectaires : ceci n’empêcherait pas de laisser une marge à l’imagination : dans un tel cadre s’il est bien conçu, quelques plantes exotiques ne nuiraient pas forcément, d’autant plus qu’il a fait très chaud - ou très froid - sur les sols jurassiens à divers moments des temps géologiques. Il faudrait simplement choisir ces végétaux, les “penser” en fonction de ce qu’on sait ou suppose des biotopes anciens du Jura. Mais, manifestement, le promoteur ne “vend” pas les lieux dans lesquels il s’installe, il vend un paradis artificiel qui est la négation même de “la prise en compte de la dimension environnementale” (23) revendiquée par lui-même. D’autres opinions sur le maltapropos de l’objet Aquamundo (et du reste aussi d’ailleurs) sont consultables avec profit chez Florence Kennel (24). Bref, il y a là une malhonnêteté de marketing évidente.

4. La question de l’eau

Les services du département ont mis en ligne un document sur l’eau et sont venus nous expliquer dans l’un des ateliers les différents scénarios possibles pour alimenter ce Center Parcs dont les besoins sont estimés à 160 - 180 000 m3 par an (25). De ces scénarios il n’y en a qu’un seul viable celui qui consiste à capter majoritairement, voire uniquement, la source de la Papeterie à Sirod via le réservoir de Montrond. Le débit capté de la Papeterie est de 375 000 m3 par an au minimum observé. La consommation du Center Parcs représenterait donc à peu près la moitié de cette ressource pendant les phases de sécheresse. Ces travaux sont estimés à 4 millions et 450 mille euros (re-25). Le document cite les problèmes  d’approvisionnement en eau déjà survenus en 2003 et 2009. Problèmes auxquels on peut ajouter ceux de 2015. Or, même si la nature géologique de la source de la Papeterie - qui est un siphon souterrain d’une vaste nappe qui irait jusqu’aux Alpes - peut nous donner quelques garanties, il va de soi que les étiages vont se multiplier avec le réchauffement inéluctable dont nous sommes les témoins et que leur niveau va baisser.

Par ailleurs, ce qui n’a pas été dit, est la sécurisation des conduites en amont du château d’eau de Montrond qui ont déjà connu une alerte en 2011 (26). Phénomène qui est à mettre en relation avec le réchauffement qui, s’il apporte la sécheresse, apporte aussi, a contrario, aux saisons fraîches, des trombes d’eaux pluviales, de plus en plus brutales, car liées à la rencontre des nuages surchargés (surévaporation océanique) avec les reliefs froids. Les averses diluviennes se multiplient dès que la température n’est plus suffisante pour maintenir l’humidité de l’air en suspension. La conséquence en est la fragilisation des dépôts de pente et un brassage de la circulation des eaux souterraines affleurantes (disons, dans les premiers 100 m du sous-sol). Donc, en fait, des glissements de terrain plus probables et des déplacements des sorties de source. Sur ce point, la source de la Papeterie n’est effectivement pas la plus concernée.

Mais il y a d’autres conséquences à terme du cumul du facteur sécheresse / dérèglement pluviométrique.  On s’attend d’une part, à la réduction du régime de la Seille ainsi qu’à la baisse de sa nappe en aval d’Arlay et, d’autre part, à un risque manifestement accru de modification forte du potentiel des sources de Conliège. Or, De ces deux points on alimente en eau toute la ville de Lons-le-Saunier. Dans un scénario de sécheresse extrême, hélas maintenant imaginable à moyen terme, où ira-t-on chercher de l’eau pour le chef-lieu du département ? Je ne vois guère qu’une solution raisonnable : A la Papeterie. Mais justement, dans ce cas-là, la Papeterie sera à l’étiage aussi, probablement plus bas que jamais observé aujourd’hui. Et si le Center-Parcs en pompe plus de la moitié, que fait-on ? On le ferme, temporairement ? Au moment où il est le plus rentable ?

Et, on aura les mêmes préoccupations à Poligny qu’à Lons, avec, certes un décalage de quelques années. Sur ces questions on joue dans des perspectives à 15 ans, pas à 150 ans !

Cette question de l’eau n’est pas du tout à prendre à la légère. De fait, si cette partie du plateau est si peu peuplée, ce n’est pas simplement parce que des guerres successives l’ont quelque peu nettoyé des hommes - elles ont nettoyé aussi à coté -, c’est surtout parce que l’eau a toujours été un souci sur cette partie du karst sans nappe accessible.

La question de l’alimentation en eau s’accompagne de celle de l’assainissement. Une estimation des services techniques du département montre que le volume des effluents est supérieur à l’alimentation en eau potable, l’ordre de 180 000 m3 a été retenu à ce stade des études montrées (27). Le schéma le plus probable consisterait à évacuer cette matière vers la station d’épuration de Poligny qui serait agrandie et modernisée pour l’occasion. Il y aura donc des kilomètres de conduites. En fonction des remarques précédentes, on peut se demander comment tout ce système va réagir quand la quantité d’eau minimale utile à son bon fonctionnement va faire défaut. Ce qui, pour une installation équivalente, risque de se produire beaucoup plus fréquemment au XXIème siècle qu’au XXème.

Ajoutons que le prélèvement de plusieurs dizaines de milliers de mètres-cube d’eau, dans l’Ain à la Papeterie et de les déverser par le biais de l’assainissement dans l’Orain en aval de Poligny conduit à un déséquilibre du régime de ces rivières à réfléchir : en particulier par la surcharge de l’Orain en hiver et l’aggravation de l’étiage de l’Ain en été.

Venons-en au montage financier et aux avantages économiques espérés par les partisans du projet PVCP. Ces questions ont fait le sujet de plusieurs ateliers dont un spécial (28).

5. Un mécano financier ordinaire à éclaircir

Le montage financier est un classique qui sépare le bail foncier du bail commercial. Sur le bail foncier il y a du flou car Jean Chabert de PVCP déclare “Pendant une période de 20 ans ... l’ensemble des installations [...] seront propriété de la SEM, donc des collectivités” (29). La SEM en question étant l’ensemble des collectivités propriétaires ou associées en vue de l’opération. Cependant PVCP conçoit ses équipements selon ses propres critères (30) en tant que légitime propriétaire, ici, de 150 hectares (31). PVCP vend ensuite les cottages sur plan (VEFA) en se réservant les droits des baux commerciaux “d’une durée ferme de 9 ou 10 ans” (32). La SEM associée  à PVCP dans une l’AFUL (AFUL = Association Foncière Urbaine Libre) sera propriétaire des “installations”, l’aquamundo et tutti quanti, dont elle assurera l’entretien. En échange PVCP payera un “loyer” à la SEM.(33). Au final, l’AFUL sera propriétaire de tout le terrain hormis celui relevant de l'assiette des cottages et des équipements.

A noter que les négociations foncières sont déjà engagées entre la Région de Franche-Comté, le Département du Jura, la CC (Communauté de Communes) de Grimont, la commune de Poligny et PVCP, sur la base d’un document du 11 juillet 2014 édité par PVCP (35).

6. Des coûts considérables sans garantie réelles apportées par PVCP

On l’a vu au début de cette note, les collectivités concernées, Région ( ? ), Département, CC et Commune de Poligny, sont décidées à engager les 60 (-> 80 )millions d’Euros environ dans cette affaire, le département du Jura en étant le principal acteur. Clément Pernot, successeur de Christophe Perny à la tête du département, reprend les engagements de son prédécesseur malgré des précautions oratoires (36) et un engagement moins irresponsable sur certains points logistiques (37).

Le maître d’ouvrage, PVCP, annonce un projet qui coûterait 170 millions d’Euros  (38). dans les faits, Pierre et Vacances n’investira pas cette somme, le rôle de la SEM étant de participer massivement à l’investissement, les 60 millions d’Euros d’aménagements in situ (voir ci-dessus et la note 11) auxquels il faut ajouter le coût des équipements extérieurs, estimés par la même source à 11,7 millions d’Euros ici, 4,5 millions là, etc. Bref, on comprend, à la lecture des documents que l’investissement public va tendre vers les 80 à 100 millions, PVCP n’ engageant guère autrement que l’achat du terrain (plus ou moins 3 millions), soit l’équivalent approximatif du double du fonctionnement de l’Hôpital Pasteur à Dole (39). Voilà qui n’est pas une paille non plus.

6. Des ressources faramineuses

Les recettes retournées vers les jurassiens sont de cinq types : 1) la dynamique temporaire liée aux chantiers, 2) la création d’emplois, 3) les retombées directes, 4) les retombées indirectes sur le commerce local et 5) les taxes.

1) Pour ce qui est des chantiers de construction, on perçoit aisément que la construction de l’Aquamundo relève de compétences qu’on ne trouvera pas dans le département. Mais les bungalows, déjà évoqués, seraient en bois. En bois de quoi ? en bois d’où ? Bon, ces questions posées aussi en amont de la phase d’exécution sont espiègles. Attendons. Mais tout-de-même, ce n’est pas la même chose, pour l’activité locale, si les bungalows arrivent d’Autriche en kit où s’ils sont montés par des entreprises franc-comtoise ou bourguignonnes. La Chambre de Commerce et d’Industrie tente de se positionner (40) : mais, on en est à des manifestations d’intention : quel peut être le poids des acteurs locaux, y compris ceux de la filière bois, dans cette affaire ? D’autant plus qu’il est clair que PVCP a déjà ses modèles de bungalows et des entre3prises capables de les fabriquer en série. Certes, il n’y a pas de raison de penser que tout va être parachuté du ciel, mais enfin, il n’y aura pas non plus une explosion aussi intéressante que cela du marché local, ni au niveau du BTP, ni à celui de la filière bois.

Par ailleurs, la mise en oeuvre d’un certain nombre d’emplois dédiés à l’exécution des travaux posera à terme la question du redéploiement de ces employés. Comment cette affaire-là se gèrera-t-elle ?

2) Avec une préoccupation plus pérenne, les partisans du projet font valoir la création d’emplois stables. Environ 220 équivalents temps plein (ETP). Ce n’est évidemment pas négligeable dans le contexte prétendument morose actuel (41). Sauf qu’il s’agit d’emplois à faible rémunération, au bas de l’échelle des salaires. Quasiment pas de cadre en perspective dans le casting. Ce n’est pas cette initiative qui va faire remonter sensiblement le revenu moyen par ménage du secteur (évoqué en introduction). On peut se demander s’il est raisonnable d’investir autant d’argent (je parle des collectivités) pour créer si peu de travail. Pourquoi s’investir dans un projet qui offre un si faible éventail sur le marché du travail, alors que la mise en place d’une authentique entreprise ou d’un réseau de services serait infiniment plus intéressant du point de vue de l’emploi bien compris (42). Plus intéressant car attirer des cadres, c’est aussi faire travailler des femmes de ménage, des commerçants, des plombiers, des restaurants, des vignerons, etc.. Et puis, on a mis tant d’argent sur l’aéroport de Dole-Tavaux ! Etait-ce pour que les femmes de ménage de Center Parcs viennent en avion ? Messieurs les élus, il faudrait un peu de cohérence de temps en temps ! S’il y a des projets à monter, c’est en visant de préférence tout l’éventail du marché du travail.

3) Les retombées directes sont simples à décrire : il s’agit du loyer que la SEM, propriétaire et responsable des installations, est censée toucher de PVCP. A ma connaissance, ces loyers n’ont pas été évoqués avec précisionn dans le débat du Jura, mais on en a une estimation pour le site du Rousset en Saône-et-Loire, où l’on voit ce loyer passer progressivement de 2,9 à 5,3 millions en 20 ans (43). Même, si, en comparaison d’autres chiffres connus, on a le sentiment que ces montants doivent être minorés dans le cas du Jura, ça fait un pactole. Mais, de ce loyer il faudra dégager l’entretien de toutes les structures. Il est fort à parier que la marge résiduelle risque d’être minime, voire négative par moments. On aurai besoin d’estimations sérieuses sur ce point.

4) Les retombées indirectes sont de diverses natures et difficiles à évaluer sauf à remarquer que, dans ce système de centre de détente quasi autonome, on ne s’attend pas à des miracles. Mais bon, me dira-t-on, un peu c’est mieux que rien. Dans le département, tout le monde se souvient des problèmes soulevés par les Hollandais qui occupaient les plages de Chalain et s’approvisionnaient à des véhicules-épicerie qui venaient directement... de chez eux. Il y’a liberté et liberté en quelque sorte !

PVCP a demandé à l’entreprise Utopies une enquête sur le site des Trois Forêts à Hattigny en Moselle qui montrerait des retombées importantes dans le commerce local. Le Center Parc n’étant pas une prison, les touristes sortent et se promènent (44). Les chiffres annoncés font réfléchir. Reste à savoir comment ils ont été établis, car ils font réfléchir dans les deux sens : les clients des Trois Forêts ont l’air d’être très, très aisés et, on n’évoque pas la pollution automobile y associée et forcément accrue. On ne voit quand même pas bien quel sera le pourcentage des 1500 voitures/jour (samedi et lundi) attendues au Center Parcs s’arrêter dans les rues embouteillées de Poligny pour faire les provisions de la semaine alors qu’elles trouveront tout le nécessaire et le superflu sur le site. Cependant PVCP mettrait à disposition - gratuitement - sur le site un espace de vente de produits locaux (45). Espace auquel pourrait s’ajouter d’autres “commerces” fonctionnant sous franchise. Evidemment, ça devrait marcher. A supposer qu’une coopérative parvienne à se caser, ça fera un collectif d’heureux qui auront trouvé un débouché.  En passant, il serait bon de connaître les règles in situ des franchises accordées par PVCP.

Mais c’est dommageable quelque part. Les Jurassiens se battent depuis si longtemps pour accueillir le touriste chez eux, dans leur cadre ordinaire, dans leurs maisons de pierres si typiques, que c’est comme leur faire un pied de nez de s’apprêter à dérouler le tapis rouge des millions d’euros devant une entreprise capitaliste alors qu’on laisse l’habitant laborieux - celui qui veut travailler, - se débattre avec le RSI. Je ne veux pas dire que le département ne fait rien pour ses artisans et autres “indépendants”, mais, du coup, il nous semble qu’il y a là une priorité à renforcer à tout prix.

A la lumière de “l’affaire” Center-Parcs iil me semble qu’il suffirait d’une initiative alternative et aussi convaincue pourrait faire beaucoup plus pour le développement local : le Jura agissant en tant qu’acteur, pas en tant que serviteur. On ne peut que s’étonner d’une telle attitude quand on sait les capacités imaginatives et entrepreneuriales d’un département qui fait la démonstration de son potentiel original depuis presque 200 ans. Donc, des retombées économiques indirectes, il me semble qu’avec autant d’énergie et de moyens, on pourrait faire beaucoup mieux en révisant l’opportunité de ce projet en basculant les ressources intellectuelles et financières dans une opération plus participative du point de vue entrepreneurial. Nous avons élu des représentants locaux pour qu’ils défendent nos intérêts d’abord, et ceux des autres ensuite et pas pour l’inverse.

5) Les taxes sont la fleur au bout du rameau car, là, les millions pleuvent. Et pour des communes dont le budget ordinaire n’atteint pas même la moitié d’un million, ça fait rêver. Et c’est normal. Le document de base émis pour le Débat Public Center Parcs Poligny donne des ordres de grandeur qui, grosso modo, ont été confirmés dans les diverses discussions : taxe d’urbanisme = 1 300 000 Euros (une fois), contribution économique territoriale = 500 000 Euros / an, taxe foncière = 200 000 Euros / an, taxe sur les séjours à négocier avec les communes = 250 000 Euros / an (46). Tout élu sait les avantages qu’il peut tirer de l’installation d’une entreprise sur son territoire. Et il est clair que des installations de ce type sont des aubaines difficiles à laisser passer.

Oui mais voilà, malgré la forte tentation, plusieurs objections viennent à l’esprit. D’abord si on compte avec précision, on déduit que la collectivité va investir/dépenser près de 100 millions. Pour une réalisation qui, si elle fonctionne correctement, rapportera fiscalement environ 1 million par an (re 44) si on s’en tient aux enveloppes annoncées par le maître d’ouvrage dans le document qui concerne le Jura (En comparaison on attendrait 2,25 millions de recettes fiscales au Rousset (47) en Saône-et-Loire). Soit, par un calcul des plus simples, et, en écartant des babioles comme l’inflation, la révision des conditions de prêts, etc..., 1 siècle pour se retrouver au bilan zéro - zéro en termes de balance publique. C’est trompeur, ce petit million qui tombe dans la caisse tous les ans.

Bien sûr, il faut aussi considérer les retours chez l’habitant évoqués plus haut. Mais, une autre objection est à faire valoir quant au procédé : au mieux, on déduit que tout le monde va payer pour le profit d’une catégorie de commerçants délimitée. De la solidarité en quelque sorte. C’est un truc politique typiquement français, cette chose-là. Il y a un moment où il serait bon d’y mettre des limites et se se maintenir en état d’être crédible auprès du contribuable.

7) En conclusion

De toutes ces considérations, je déduis que :

1) L’initiative concertée des élus de différents niveaux pour booster le tourisme, qui est une ressource de base du département qui somnole, est des plus louables.

2) Le projet d’une installation nouvelle, prétexte à moderniser des infrastructures vieillissantes ne peut qu’être encouragé.

3) Le choix de la zone Poligny - Baume-les-Messieurs - Château-Chalon - Champagnole, comme point de fixation d’une population touristique augmentée est intéressant.

4) Le recours à des entreprises spécialisées dans le tourisme est raisonnable.

5) La proximité de la desserte autoroutière est un atout indéniable (en attente de la connexion à Vallorbe, n’est-ce pas).

8) Mais

1) L’implantation d’un vaste espace méta-urbain semi-fermé est une absurdité sociologique qui conduit à forcer à se côtoyer deux mondes étrangers l’un à l’autre. Avec, pour effet dissymétrique, qu’il sera demandé à la population locale de s’adapter, mais pas à celle qui peuplera le Center Parcs.

2) L’implantation artificielle, brutale et ex nihilo de 1200-1700 occupants / jour, non permanents, cassera la solidarité économique d’une zone qui compte moins de 10 000 habitants dans un rayon de 15 km. Les accès de week-end à Lons, Poligny et Champagnole deviendront un problème pour les habitants ordinaires qui vivent dans cette même zone. On assistera à une sorte de colonisation des populations par l’objet Center Parc.

3) La déforestation, même partielle, des plus belles parcelles de la Forêt de Poligny qui est, en soi, une source d’énergie renouvelable est un non sens écologique. Non sens écologique aggravé par le maintien d’un bâtiment de 12000 m2, l’Aquamundo, à 29°, même en hiver. Et il faudra le climatiser en été !

4) Sauf à entendre encore l’opérateur sur sa volonté d’adaptation, le concept global de Center Parc de Pierre et Vacances, tel qu’il nous a été décrit pendant six mois, est une négation de la personnalité du département et de la montagne du Jura. Ce concept est archaïque, simpliste et quelque part démesuré.

5) L’implantation d’un Center Parc dans le Jura - tel qu’il est décrit dans les documents publiés - est contraire à l’esprit de la politique de tourisme vert développé à la fois par le département et les collectivités locales. En particulier, la surcharge en circulation automobile va détruire à terme l’intérêt et la qualité des itinéraires verts du secteur.

6) La taille du projet et son envergure financière, tous aspects analysés, mettrait une grande partie du département dans la dépendance d’une seule entreprise, d’un seul groupe économique. C’est nuisible à la diversité nécessaire et saine des activités et à l’autonomie à terme de l’économie locale. C’est, en particulier contraire à l’esprit d’entreprise qui caractérise le Jura, esprit d’entreprise qui dépasse l’ambition de vendre des cartes postales.

7) La mise à disposition d’une seule entreprise le meilleur du service public  et de fonds publiques lourds (plusieurs dizaines de millions) est critiquable. Ce genre de détournement des ressources intellectuelles, logistiques et financières publiques peut être réprimé par la loi française - il s’agit clairement de concussion - et, encore plus, il est réprimé par les règlements européens : il relève de la Misappropriation of public funds. Une plainte peut être déposée par tout citoyen contre les initiateurs de ce projet tel qu’il est en voie de se monter.

8) Sur le fond financier on peut terminer par ces remarques du financier Pierre-Emmanuel Scherrer : “les collectivités financeront 66 Mios pour la bulle et ses équipements associés (via la SEM) plus une vingtaine de Mios pour les VRD. PVCP achètera juste le terrain (estimation 3Mios) et réalise les 400 bungalows en VEFA (vente sur plans). Le groupe ne dépense donc quasiment aucun fonds propres pour réaliser le site, fait une belle culbute en vendant les bungalows et réalise sa marge sur l'exploitation future... Les collectivités (c'est à dire NOUS) assumons le financement et tous les risques du projet ...” (48).

9) Enfin, en achetant Center Parcs à Piet Derksen (Hollande), Pierre et Vacances a fait un pas en avant dans la finance internationale et dans le système des holding à forte compétence dans les techniques de défiscalisation. La vente des équipements du Center Parc de Hattigny (Bois des Harcholins) à une vmf (VMF La Moselle GmbH) déclarée à Zug (néo-paradis fiscal), et d’une seconde basée au Luxembourg (paradis fiscal). Il est incompréhensible que nos élus apportent en plus de la ressource publique à ce type de fonctionnement qui assèche la Nation.

10) En conséquence de quoi :

Oui pour du neuf.
Oui pour un projet ambitieux.
Oui pour un projet multi-entrepreneurial.
Oui pour l’apport de ressources extérieures dans le cadre de soutien au point précédent.
Oui pour un projet qui traite dans le bon sens les questions socio-économiques locales.
Oui pour un projet qui tient compte des préoccupations climato-écologiques du XXIème siècle.

Merci aux élus d’y avoir pensé.
Merci aux acteurs qui ont osé organiser et animer ce débat.
Merci aux fonctionnaires et techniciens qui sont venus au charbon

Mais :
    - Non à la mise sous dépendance d’un seul acteur.
    - Non à l’évacuation radicale des acteurs locaux.
    - Non à la transformation du département en salle de jeu pour cadres en mal de fausse verdure.
    - Non à la prise en otage de la population dans une opération de colonisation déguisée.
    - Non à l’altération du paysage, précisément sous le prétexte touristique. Un comble !
    - Non à une sur-pollution gratuite
    - Non à l’érosion du patrimoine foncier public.
    - Non à l’imbrication du politique et du lobbying privé.
    - Non à la concussion.

Pierre et Vacances n’est pas le bon partenaire.

Messieurs nos élus, révisez vos objectifs, vos électeurs sont là pour vous y aider.

Georges (Joêl) Lambert, citoyen du canton de Poligny.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Notes

(1) passage de 4714 en 1990 à 4158 en 2012; données INSEE, 07/2015.
(2) 44,6 habitants au km2 en 2012 : taux d’un habitat de type rural; donnée INSEE, 07/2015.
(3) Poligny : 18 324 E / an; donnée comparé à  19 433 E / an; données INSEE, 07/2015.
(4) 9,8%; donnée INSEE 31/12/2014.
(5) Nombre donné à la réunion “atelier” de Plasne du 19/05/2015. Source : Cndp : Compte rendu de l'atelier Stratégies de développement local du 09/06/2015 in http://cp-poligny.debatpublic.fr/compte-rendu-latelier-strategies-develo....
(6)  jura-tourism.com, consultation du 18/07/2015.
(7) cdt-jura.fr/, site du Comité départemental du tourisme Jura-Tourisme, source : ORT Franche-Comté, consultation du 18/07/2015.
(8) Débat Public sur le projet de Domaine Center Parcs, Poligny, Jura (non daté : disons 2014/2015), p. 25. nous utiliserons l’abréviation DP Center Parcs 2015 dans les notes suivantes.
(9) Page de garde du Centre National du Débat Public (CNDP) : http://cp-Poligny.debatpublic.fr/, consultation du 21/07/2015
(10) DP Center Parcs 2015, p. 24.
(11) Montant donné plusieurs fois dans les discussions publiques, par les élus représentant les collectivités, eux-mêmes.
(12) Budget primitif 2015 du département du Jura in http://www.jura.fr/le-conseil-departemental/budget/; consulté de 22/07/2015.
(13) Voir le Document de référence in http://www.groupepvcp.com/fr; consulté le 22/07/2015.
(14) “Le Groupe Pierre & Vacances-Center Parcs a profondément renouvelé sa vision et sa stratégie autour d’une conviction : l’expérience est la valeur cardinale recherchée par le consommateur” in DDR :
http://animation.corporate.groupepvcp.com/doc/rapports_annuels/PVCP_DDR2... consulté le 22/07/2015.
(15) “LE GROUPE PIERRE & VACANCES-CENTER PARCS LEADER EUROPÉEN  DU TOURISME DE PROXIMITÉ” in http://animation.corporate.groupepvcp.com/doc/groupe_profil_ddr/PVCP_Pro... consulté le 22/07/2015.
(16) Gérard Brémond : “CAP VERS L’INTERNATIONAL ET UNE CROISSANCE PROFITABLE :  Le Groupe a clôturé l’exercice avec des avancées très positives. Il nous faut désormais impulser la croissance de notre rentabilité. Nous renforçons notre offre touristique, nos activités immobilières et notre internationalisation.” in http://animation.corporate.groupepvcp.com/doc/rapports_annuels/PVCP_DDR2... consulté le 22/07/2015.
(17) http://cp-poligny.debatpublic.fr/autres-rendez-vous-du-debat.
(18) http://www.lepicnoir.fr/.
(19) Notion popularisée par Le Corbusier et Frank Lloyd Wright dès les années 1920.
(20) DP Center Parcs 2015, p. 31.
(21) DP Center Parcs 2015, p. 44.
(22) Sylvie Vermeillet, maire de Cernans, ex présidente de l’Association des Maires du Jura, dans Entrenews, le Journal de la Chambre de Commerce du Jura, n° 185, juin 2015, p. 5.
(23) Titre du paragraphe 2.4 du DP Center Parcs 2015.
(24) http://www.verre2terre.fr/2014/05/chateau-chalon-et-la-bulle-infernale-d... consulté le 24/07/2015.
(25) http://cp-poligny.debatpublic.fr/sites/debat.cp_poligny/files/fiche_aep.pdf.
(26) Evénement rapporté par Le Progrès le 25 janvier 2011 : “Un glissement de terrain arrache la conduite d'eau alimentant 60 communes” in http://www.leprogres.fr/jura/2011/01/25/un-glissement-de-terrain-arrache....
(27) Atelier de Barretaine du 18 juin 2015, exposé de Florent Pichon : http://cp-poligny.debatpublic.fr/sites/debat.cp_poligny/files/documents/....
(28) http://cp-poligny.debatpublic.fr/sites/debat.cp_poligny/files/verbatim_a... consulté le 31/07/2015. Cité ci-après comme DP/atelier économie.
(29) DP/atelier économie, p. 10.
(30) DP Center Parcs 2015, p. 44.
(31) DP Center Parcs 2015, p. 55.
(32) DP Center Parcs 2015, p. 56.
(33) DP/atelier économie, précisé par Jean-Michel Klotz, p.32.
(34) DP/atelier économie, p.33.
(35) DP Center Parcs 2015, p. 26.
(36) Le Progrès (Jura), page publiée le 24/04/2015 : leprogres.fr/jura/2015/04/24/center-parcs-clement-pernot-marque-sa-difference.
(37) cndp, réunion publique de mi-débat, séance du 11 juin 2015 : http://cp-poligny.debatpublic.fr/sites/debat.cp_poligny/files/documents/... pp. 24-25, consulté le 01/08/2015
(38) cndp, Débat Public Center Parcs Poligny, page de garde : http://cp-poligny.debatpublic.fr/.
(39) voir comme base le rapport accessible de la Cour des Comptes 2010 sur les problèmes posés par cet hôpital : ccomptes.fr/content/download/19295/.../FCR2010-06.pdf; consulté de 01/08/2015.
(40) (très) courte allusion de Philippe Rouget du 16/06/2015 dans le site de la CCI du Jura, page intitulée “Projet de Center Parcs à Poligny” : jura.cci.fr/actualites/projet-de-center-parcs-poligny.
(41) Je suis dit “prétendûment” car la morosité du marché du travail d’aujourd’hui comparé à celui d’hier est une affaire de calcul savant mais biaisé. Aucune société, sauf en période de guerre, n’a jamais fait travailler à temps plein tous ses adultes. La gestion des gens qui ne “travaillent” pas est une question de choix de société.
(42) Installé un Centre de Services du Travail par exemple comme de la formation permanente et alternée en mode “immergé” (présence des stagiaires 5 jours, 4 nuits) comme ça se fait dans certaines entreprises, mais aussi en musique, en archéologie, en informatique, etc.
(43) Document du Conseil Général de Saône-et-Loire : http://cp-lerousset.debatpublic.fr/sites/debat.cp_lerousset/files/docume....
(44) DP Center Parcs 2015, p. 20.
(45) DP Center Parcs 2015, p. 37.
(46) DP Center Parcs 2015, p. 20.
(47) Document Débat Public Pierre et Vacances Le Rousset : http://cp-lerousset.debatpublic.fr/sites/debat.cp_lerousset/files/docume..., p. 8.
(48) blog de Pierre-Emmanuel Scherrer

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Intervenants dans les séances publics.

L’exhaustivité de la liste n’est pas garantie : beaucoup de gens ne se sont pas annoncés clairement, il y a des manques dans les enregistrements (forcément, les enregistrements n’ont pas été faits en studio) et je n’ai peut-être pas absolument tout éplucher. Mais, les statistiques résultantes donnent une bonne idée, je pense, du clivage des points-de-vue élus / électeurs.

sigles : (p) = plutôt pour le projet Center Parcs, (c) plutôt contre ou perplexe, (n) je ne sais pas.

Noter :
    Sur 20 élus identifiés, 14 sont favorables (70 %), 4 sont contre et 1: je ne sais pas.
    Sur 82 des autres intervenants identifiés, 61 sont contre le projet (74 %), 14 sont pour, et 7 : je ne sais pas. Ces derniers sont surtout les fonctionnaires spécialisés et les experts sollicités dans les débats.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 

Recommander cet article
0

Commentaires

Monsieur Lambert

Merci pour ce remarquable travail de synthèse.

Bien à vous

Soumis par Véronique Guislain le 10 aoû 2015 - 16:43.

Bravo pour cet article, pour faire suite et Concernant Pierre et Vacances

 les lecteurs peuvent se référer à l'enquête de Médiapart:

Center Parcs: enquête sur une aberration faite de béton et de niches fiscales

Bonne lecture

Soumis par jean-marie vieille le 11 aoû 2015 - 18:28.